Noël débouté

Le politiquement correct est partout, trop. On ne peut plus rien dire, plus rien faire. On s’inquiète des dictatures qui gangrènent encore le monde, mais on ne fait rien contre celles, invisibles, qui nous pourrissent la vie. Le Canada ne fait pas exception.

La presse s’est fait l’écho d’une directive touchant les bureaux de Service Canada, principal point de services du gouvernement fédéral. Que dit-elle ? Que « les décorations de Noël sont interdites dans les aires d’accueil et dans les services de travail accessibles à la clientèle. » Loin de se débiner, un responsable syndical a appuyé cette décision aussi surprenante qu’absurde, arguant que cette directive visait « à s’assurer de ne pas attirer de critiques et de plaintes reliées aux croyances religieuses et aux droits de la personnes. »

On ne parle ici que de sapins, de guirlandes et de boules qui vont égayer la période des fêtes de fin d’année. En gros, on dit aux Québécois : on vous prive de décos de Noël pour ne pas heurter, éventuellement, la sensibilité d’un immigrant que votre pays, donc votre province, a accueilli à bras ouverts. J’ai beau être de même confession religieuse que 90% de la population québécoise, j’ai dû m’adapter à ma nouvelle vie. J’estime que c’est à moi de me conformer à la manière de vivre des autochtones. Libre à moi, dans l’intimité de mon foyer, de tapisser les murs avec des drapeaux français et d’écouter du Johnny Halliday ad libitum (c’est un exemple, j’aime pas Johnny). C’est une façon de dire merci à ma terre d’accueil. Si demain je m’expatrie dans un pays musulman, je ne vais pas débarquer, furibond, dans le bureau d’une autorité locale en lui expliquant qu’il n’est pas normal qu’on n’ait pas pensé à installer des décos de Noël dans les rues, au nom des droits de l’Homme. Putain ! (juron gaulois accepté au Québec)

Interrogée, Sherin, une jeune professeure portant le foulard, a été elle aussi interloquée par cette position. « Je suis musulmane, mais ça ne me choque pas du tout que Noël, une fête chrétienne, soit fêtée. Au contraire, il faut fêter ! » Ou encore Stéphanie, surprise elle aussi: « Bien sûr, Noël est une fête chrétienne, mais ces décorations, ça n’a rien d’hostile envers les autres religions. » Vos paroles sont pleines de bon sens mesdames.

Où va notre monde ? Je ne sais pas. Par chance, les bureaux du gouvernement du Québec ont choisi l’autre versant, en permettant les illuminations de toutes sortes. Voilà qui fait honneur à cette société distincte du rest of Canada.

Pour le reste, je ne voudrais pas être un enfant dans ces endroits bien ternes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s