Un cinéma reposant

Annonce importante à faire… Non, je ne vais pas me marier, sauf si la masturbation est un nouveau sacrement (je me flagelle demain pour cet écart de langage).

Figurez-vous que je suis allé voir un film dans un cinéma qui ne ressemble pas à un zoo. Et ça fait quoi ? C’est terriblement reposant ! Où ? Au théâtre Outremont, à Montréal. Une très belle enceinte construite en 1924 et classée au patrimoine historique et culturel du Québec depuis 1994.

On y projette, chaque lundi, un répertoire assez intéressant – et de surcroît de qualité – de films francophones pour la plupart, et tout ça à un tarif modique. La structure n’étant pas techniquement équipée pour des films dopés aux effets spéciaux, les amateurs de blockbusters doivent passer leur chemin.

Il est aussi clairement indiqué que la nourriture y est interdite, d’où le « terriblement reposant » écrit plus haut. J’ai testé récemment cet endroit charmant lors de la projection du dernier film de Nicole Garcia, Un balcon sur la mer, avec Jean Dujardin et Marie-Josée Croze, actrice québécoise pestiférée depuis qu’elle s’est expatriée en France pour y faire carrière, ayant eu le mauvais goût, au passage, de perdre son accent québécois. J’exagère à peine.

Ce soir-là, l’assistance était plutôt variée, dans une tranche d’âge comprise entre 30 et 70 ans, voire plus. Des habitués, nous a confié une employée. À vue d’oeil, 200 à 300 personnes, donc une salle copieusement garnie. La formule – tarifs attractifs et programmation de qualité – fait donc florès, ce qui n’est pas surprenant outre mesure.

J’ai bien aimé le film de Nicole Garcia, mais j’ai encore plus apprécié l’absence de sonneries de téléphones portables, de pop-corn trituré et mâchouillé et de tout ce qui fait le cirque des complexes cinématographiques actuels. Bien sûr, le théâtre Outremont n’est pas le seul à proposer ce décor respectueux des cinéphiles, je veux parler des vrais.

Je n’ai senti aucun coup de pieds à l’arrière de mon siège, et à aucun moment je n’ai éprouvé l’envie presque salutaire d’empaler un voisin trop bruyant ou de dépiauter un autre ruminant. Du cinéma simple, d’une autre époque, bande son à la lisière de la panne, fatiguée comme ces disques vinyles au charme suranné, qui nous manquent aussi un peu il faut bien l’avouer.

Oui, j’ai passé un agréable moment dans ce beau lieu de la culture. J’ai laissé mon stress au vestiaire, je suis resté concentré sur l’écran, loin de la jungle habituelle. Si vous habitez Montréal, allez y faire un saut, vous ne serez pas déçus. Pour les autres, continuez à soutenir ces vieux cinémas qui nous font rêver sans nous en mettre plein la vue.

Publicités

1 reply »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s