Noir c’est noir…

J’ai croisé un Noir dans le métro.

Je ne vous parle pas de sa couleur de peau, mais de celle de ses vêtements. Il en était recouvert. Pas un morceau de tissu gai, du cirage à tous les étages. Triste à regarder, pas forcément à porter. Car le type en question, c’était le genre à jouer à cache-cache dans un cimetière, à sacrifier des poulets, à bouffer des idées sombres, à préférer la bougie au néon. Vous avez tous le type dont je parle en tête, avec son look gothique aux frontières du satanisme : cheveux longs d’origine, peau diaphane, semelles de chaussures pour enfiler les paniers de basket sans sauter, et poussée d’urticaire si vous lui dites qu’un arc-en-ciel, c’est beau.

Comme tout reflet de Marylin Manson, je ne l’aurais pas choisi comme baby-sitter, sauf, peut-être, un soir d’Halloween.

Ouah, sympa ton déguisement ! Il déchire ! Le petit va adorer !

J’étais dans son dos, mais j’avais remarqué un truc bizarre sur ce visage qui ricochait sur la vitre de la rame.  Tout avait l’air vrai, jusqu’au nez de sorcier, mais pas ses yeux. Comment dire… Ils n’étaient pas comme les miens. Quand il a tourné un peu la tête, j’ai failli alerté le personnel de la STM (société de transport de Montréal), histoire de leur expliquer que j’avais aperçu un vélociraptor dans le métro. Le même que dans Jurassic Park, exactement monsieur l’agent. Cette grande tige un peu molle avait un regard de reptile,  grâce à la magie de ces lentilles fantaisistes qu’on trouve sur le marché. Chacun ses délires…

Inutile de vous dire que ce genre de regard en attire plein d’autres. C’est visiblement le but recherché. En mettre plein la vue, si je puis dire. Ça m’a rappelé Conan le barbare, lorsqu’il affronte ce Dieu mi-homme mi-serpent. Bon, je n’allais tout de même pas trancher la tête d’un inconnu pour imiter le Cimmérien incarné par Arnold Schwarzenegger. Je suis résident permanent au Canada, je dois me tenir à carreau.

Le reptilus gothicus est sorti du métro en même temps que moi, avec son blouson de cuir large d’épaules et sa foulée nonchalante. Je me suis alors amusé à imaginer quel était le programme de sa soirée. Peut-être que cet échalas avait un rendez-vous galant avec Buffy tout contre les vampires ? Ou simplement rentrait-il chez papa et maman, nécrophages de génération en génération.

On mange quoi ce soir ?

Ton grand-père. 

Publicités

1 reply »

  1. j’ai comme une impression de déjà vu, si tu vois ce que je veux dire… j’en ai connu un, dans mes années de révolte, qui lui ressemblait beaucoup!!! nous étions très intime, c’est le moins qu’on puisse dire, et crois moi que tout le mystère est tombé le jour où il a tombé son manteau à la Matrix et ses fringues de « hardos » ! en dessous de cette carapace que certains trouvent effrayante se cachait un ourson de guimauve: le pauvre devait avoir peur d’affronter le monde et s’était inventé une image de super-méchant pour trouver la force dont il avait besoin… bref, ce fut pour moi, certes, une désillusion mais aussi la révélation d’une vérité : « l’habit ne fait pas le moine ». L’anecdote du moine me rapelle l’histoire d’un curé, que tu connais d’ailleurs, et qui n’avait pas l’air d’un curé, mais c’est une autre histoire…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s