Sexe et tragédie

Séquence cinéma. Profonde respiration…

Je suis allé voir Honte, ou Shame pour ceux qui auraient vu ce film en France. J’avais vu la bande annonce, laquelle laissait poindre un long-métrage sulfureux. Au Québec, puritanisme oblige, la réalisation de Steve McQueen est interdite aux moins de 16 ans, ce qui ne fait qu’alimenter la machine à supputations. Dans ce cas précis, des langues malintentionnées laissaient croire qu’il ne s’agissait que d’un film pornographique, ou en tout cas aux frontières de ce genre qui ne connaît justement plus de barrières. J’avoue que cette rumeur infondée – quand on a vu le film en question sans se masquer les yeux avec les mains – a titillé ma curiosité. En clair, je me suis dit que l’idylle entre des vagins et un pénis glouton valait bien 6, 50 dollars, puisque nous étions un mardi, jour de rabais dans certaines salles obscures montréalaises.

Un rôle à Oscar, mais…

Ce que j’ai vu ? Un petit bijou de mise en scène. Je dois avouer qu’on est pris aux tripes par ce personnage en proie à ses démons sexuels, on éprouve même de l’empathie pour cet accro aux parties de jambes en l’air. À ce niveau de dépendance au cul, on ne parle évidemment plus de plaisir mais de maladie. Et c’est bien le sujet central de ce film magistralement orchestré, avec cette bande son qui vous prend à la gorge. Michael Fassbender prouve avec ce rôle ô combien complexe et difficile qu’il appartient à la race des grands acteurs. On ne pourra d’ailleurs que huer l’auguste Académie des Oscars, qui ne l’a pas retenu dans sa liste des prétendants à la consécration, quand d’autres postulants, Brad Pitt pour ne nommer que lui, ont droit aux honneurs pour des compositions qui ne sont pas du gabarit de Shame

Inspiration française ? 

J’imagine qu’en France, des parallèles ont dû être vite établis avec DSK, autre bite à tête chercheuse, tristement célèbre pour les raisons que l’on sait. Comme si l’actualité et la fiction avaient mélangé leur semence… Quand le sexe devient un obstacle aux sentiments humains, quand il occulte la détresse d’une sœur sur la corde raide, alors on peut parler de mal profond et non plus de plaisir. Au risque de me répéter, la performance de Fassebender est prodigieuse, car on ne joue pas un tel personnage sans se faire violence et sans prendre le risque d’en subir quelques séquelles. Se balader à poil devant une caméra est une chose, explorer  les bas-fonds de l’animal humain en est une autre. Il fallait des couilles pour accepter ce rôle à double tranchant.

En dévoilant la face ténébreuse du sexe, Steve McQueen atteint « la grâce derrière l’abjection », pour faire écho à un article du Monde. Il rappelle aussi, avec un certain brio, et certainement à juste titre, qu’il y a parfois de la souffrance derrière la perversité. On ne prend pas son pied en devenant témoin de scènes érotiques, mais on souffre avec ce stakhanoviste de la fornication, camé du sexe toujours en quête d’une ligne de coke à snifer entre une paire de fesses.

Sans complexe

Je terminerai, sur une note plus légère, en ôtant mon chapeau pour saluer la performance anatomique de l’acteur au charisme polaire. Je pense qu’on est moins réticent à dévoiler son intimité aux yeux du monde entier quand on est monté comme un âne. Quelques plans rapprochés ont vite confirmé ce que j’avais cru entrevoir. Même de dos, alors qu’on le voit uriner de bon matin, on est obligé de courber l’échine. C’est quoi ce truc qui dépasse entre ses deux fesses ? Il n’est donc pas improbable que des mecs quittent la salle avec ce sentiment de jalousie bien légitime procuré par cette Honte. On peut aussi se faire photographier de dos, juste pour voir, juste pour vérifier certaines choses…

Avouons que faire un film sur l’addiction sexuelle avec une petite bite pour aborder le problème, ça ne faisait pas sérieux. On ne joue pas un taureau avec la puissance de feu d’un caniche.

Publicités

Catégories :Le coin ciné

Tagged as: , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s