M comme métro

Vous aimez les chiffres ? Le métro vous fait bander ? Vous voulez vous coucher moins con ce soir ou épater quelques amis à une soirée ? Lisez ceci. Ce n’est pas exhaustif, bien évidemment. Bienvenue dans le métro de Montréal !

Trop facile ! Même si vous n’avez pas un sens aiguisé de l’orientation, vous devriez vous en sortir ! Les 68 stations (301 à Paris) sont réparties sur 4 lignes ! Trois suis-je tenté de dire, vu que la ligne jaune est un embryon de tronçon menant notamment au circuit de Formule 1 Gilles Villeneuve.

Un métro gonflé.  Il est entièrement souterrain et monté sur pneus. Des stations extérieures étaient incompatibles avec le climat hivernal de la ville.

Populaire. Plus de 700 000 personnes l’empruntent chaque jour, soit plus de 6 milliard de trajets depuis son inauguration le 14 octobre 1966. Le réseau s’étend sur 71 km, dont 65 dédiés à l’exploitation commerciale. Les rames parcourent environ 60 millions de kilomètres par an. Depuis 1966, cela représente 2 milliards de kilomètres, soit plus que la distance entre le Soleil et Saturne.

Un bolide. La Société de transport de Montréal (STM) dispose de 759 voitures. Les trains sont aussi longs que les quais des stations, soit 152 mètres. Il peut contenir jusqu’à 1 260 passagers et pèse 325 tonnes.

Le plus surprenant, sa vitesse de pointe : 72 km/heure ! Vu les distances à parcourir, c’est assez compréhensible. Après avoir testé Montréal, on a subitement l’impression de monter dans un petit train de fête foraine en montant à bord de celui de Paris. 🙂

Gloire aux gloires. Une grande majorité d’entre elles (69%) empruntent leur nom à une figure historique. À noter que deux Français apparaissent dans la rubrique Dignitaires étrangers : De Castelnau et Vendôme.  La station la plus profonde (Charlevoix, ligne verte) a été creusée à une trentaine de mètres sous le sol. À l’opposé, Angrignon (ligne verte) et Longueuil-Université-de-Sherbrooke se trouvent à 4 mètres.

Artistiquement parlant, le métro de Montréal figure parmi les réseaux les mieux décorés du monde (après, faut aimer). Il compte des vitraux, des murales, des fresques et des sculptures. Certaines de ses oeuvres ont été réalisées par des pointures internationales.

Fait chaud ! Le métro québécois est souvent montré du doigt pour sa touffeur insupportable, même en hiver. N’étant pas climatisé, il faut prendre son mal en patience ! Les raisons invoquées par l’entreprise sont diverses :

La chaleur est produite par les mouvements de train, la chaleur corporelle des usagers et celle des bâtiments avoisinants. «Les passagers ont aussi plus chaud l’hiver à cause de leur lourd vêtement », peut-on lire sur le site de la STM. En gros, c’est aussi un peu de leur faute. Vous voulez respirer ? Déshabillez-vous ! Le site de la STM ne précise pas si des enfants ont été conçus sous-terre. 🙂

Autre problème récurrent : les portes des stations sont parfois difficiles à ouvrir. C’est peu de le dire ! Si vous n’avez rien dans les biscotos, prenez le bus ou demander l’aide d’un culturiste. Coupables évoqués : les courants d’air résultant du mouvement des trains. Les véliplanchistes sont invités à prendre leur matériel.

Triste. Le Québec a beau être un eldorado vu de France (sur place, on enlève ses lunettes roses), avec des gens super accueillants qui sourient tout le temps (c’est naïf un touriste), on se suicide comme en France, y compris en se jetant sur les rails du métro. Entre 1986 et 1995, 115 suicides ont été répertoriés dans le souterrain montréalais, mais aussi 323 tentatives, ainsi que 362 personnes appréhendées avant de commettre l’irréparable.

Silence, on tourne ! Le métro de Montréal a déjà servi de décor de cinéma. Je vous épargne les réalisations québécoises qui ne vous diront pas grand-chose. Richard Gere et Bruce Willis ont vagabondé dans son tunnel, pour une scène du film Le Chacal, réalisé en 1997, en partie dans la métropole québécoise.

Habemus papam. La plus grande affluence remonte au 11 septembre 1984, avec la visite d’un certain Jean-Paul II au parc Jarry (tout près de chez moi, j’en ai les larmes aux yeux !) Deux millions de personnes ont pris le métro ce jour-là. Un miracle qui vaut bien une canonisation !

Pour finir… Une dernière pour la route. Le métro de Montréal abrite également, entre autres, 296 escaliers mobiles, 300 km de rails, 681 tourniquets, 286 opérateurs de train, et 150 agents d’entretien.

Source : http://www.metrodemontreal.com

Publicités

3 replies »

  1. La station Charlevoix est sur la ligne verte…Tu t’en souviens plus quand tu es venu à la maison? Y va falloir que tu reviennes bientôt pour te rafraîchir la mémoire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s