La motoneige menacée ?

La motoneige, on le sait, fait fureur auprès des touristes européens qui débarquent chaque hiver au Québec pour faire le plein de sensations. Avec 33 500 kilomètres de sentiers balisés et entretenus, sur les quelque 160 000 que compte le Canada, soit le réseau le plus dense au monde, la Belle Province fait figure de paradis en la matière. Pourtant, ce fleuron de l’industrie québécoise est loin de faire l’unanimité parmi la population. Pour certains, c’est un fléau. Pour d’autres, une passion. Les uns lui reprochent de perturber  la nature et d’affecter la qualité de vie des zones d’habitations proches des circuits. Les autres évoquent son poids financier dans l’industrie touristique provinciale. Depuis 2004, une loi protège d’ailleurs cette activité contre les  « poursuites pour inconvénients de voisinage (sic) ». Ce bouclier économique fait l’objet d’un moratoire jusqu’en 2017, date à laquelle les deux camps sont censés trouver des solutions pour une meilleure cohabitation. Des tables de concertation ont été à ce titre mises en place à travers le Québec pour trouver des points d’entente et régler certains problèmes. Les améliorations apportées à ces machines puissantes, vantées par les fabricants, sont loin d’apaiser les mécontents. Je précise au passage que la motoneige, en tant que véhicule utilitaire, n’est pas concernée par ce débat exalté. Cette utilisation plus marginale s’avère bien pratique dans des secteurs isolés où les habiletés de la machine tout-terrain font des merveilles.

Un loisir dangereux

Une récente émission sur les ondes de Radio Canada a mis en exergue le possible déclin de cette industrie, dans une province qui compte 174 000 motoneiges immatriculées (+ de 700 000 à l’échelle fédérale en 2009), 100 000 adeptes environ, et 800 000 pratiquants. Sans tirer la sonnette d’alarme, l’annulation d’événements, faute de participants, ou encore sur la dangerosité d’un loisir qui connaît chaque hiver son lot de drames (11 décès au moment où ces lignes sont écrites), malmènent cette pratique. D’autres loisirs populaires, comme le quad, commencent aussi à faire de l’ombre au fameux skidoo, comme on l’appelle souvent ici. Jean Duchaine, directeur général de la Fédération des clubs de motoneige du Québec (FCMQ), brosse un tout autre portrait de l’activité, mettant en avant des immatriculations à la hausse, des effectifs stables, et « des chiffres de prévente supérieurs aux deux dernières années. »

Coût prohibitif

Le prix très élevé de cet engin taxé de pollution sonore joue aussi contre lui. Difficile en effet d’amortir cet achat sur une période d’utilisation ne dépassant généralement pas deux mois. Les tarifs pratiqués par les centres de location contrecarrent aussi les envies d’évasion. L’argument économique prévaut également chez la clientèle étrangère, avec des effets évidents sur la durée des séjours, revus à la baisse. Le réchauffement climatique, autre sujet brûlant de l’actualité, cause aussi des misères à cette discipline tributaire du froid et de la neige. Sans oublier la consommation de ces engins, pompant entre 20 à 30 litres aux 100 km selon les experts, qui expliquent cette gourmandise par la présence d’une chenille qu’il faut tirer. 

Bon à savoir

  • 40% des motoneigistes sont de sexe féminin
  • 95% des motoneigistes considèrent cette activité comme un sport familial.
  • Plus de 20 000 touristes, en provenance des autres provinces canadiennes et des États-Unis, viennent pratiquer la motoneige au Québec.
  • Plus de 132 000 locations journalières sont effectuées par des touristes européens pour la plupart.
  • 30% de la production mondiale de motoneige est réalisée au Québec, soit 60 000 unités.
  • La FCMQ compte 80 000 membres environ, pour 207 clubs répartis sur tout le territoire.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s