Violer pour guérir

Certaines croyances sont plus abjectes que d’autres. En Afrique du Sud, par exemple, on a mis au point le viol qui guérit. Oui, je sais, il y a comme un oxymore, une contradiction choquante entre l’agression et le remède. Le phénomène touche les lesbiennes des townships qui parsèment le pays. On considère en effet qu’une relation consentie ou forcée peut corriger leur orientation sexuelle. Ça paraît surréaliste sur le papier, mais sur le terrain, c’est pourtant ce qui se passe. Apparemment, une dizaine d’entre elles subiraient ce triste sort chaque semaine.

Je lis : « Celles qui ressemblent trop à des hommes sont violées et battues parce qu’on craint qu’elles volent les femmes aux hommes. Celles qui sont plus féminines sont violées dans l’espoir de les guérir de leur homosexualité. » Et on ne parle pas des victimes littéralement massacrées pour avoir aimé le même sexe. 

Promis, si je trouve une bonne explication à ce lynchage odieux, je reviens vers vous. Mais je préfère vous prévenir : vous risquez d’attendre longtemps, très longtemps…

Faudrait peut-être songer à sectionner la queue de ces bourreaux touchés par la disgrâce ? Après tout, si ces derniers sont convaincus qu’une agression sexuelle peut avoir des vertus curatives, on peut aisément leur suggérer l’amputation qui fait réfléchir. Bon, je sais, leur appareil génital ne repoussera pas après une mesure aussi expéditive.

Mais combien de temps faut-il à une  femme, dont on a souillé le corps par la force, pour recoller sa dignité en lambeaux ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s