Tous à poil !

Mercredi 4 juillet, jour de fête nationale aux États-Unis, pays puritain pour faire bon genre. En gros, le puritanisme chez l’Oncle Sam est un peu le string qui cache la forêt de fesses. Ce jour-là, alors que je me contrefiche des célébrations américaines, je suis devant mon téléviseur. Dès que je le peux, je regarde le journal télévisée de France 2, par le biais du réseau francophone TV5 Monde. Une façon de rester en contact avec l’actualité de mon pays natal, et aussi de m’aérer un peu les neurones.

Le bulletin d’information touche à sa fin sur une note plutôt légère, quoique parfaitement dans l’air du temps : les naturistes ! Comme par magie, mon attention reprend soudainement du tonus. Premières images : un troupeau de culs blancs qui prend l’air dans une forêt où Blanche Neige aurait très bien pu batifoler avec une meute de nains tout émoustillés par le souffle sensuel de Dame Nature. Comme le souligne le reportage, le naturisme est puni par la loi. « L’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui  dans un lieu accessible aux regards du public » est passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende, selon l’article L 222-32 du Code Pénal. Et jusqu’à preuve du contraire, on peut aussi croiser des gens habillés – des textiles dans le jargon des tout-nus – et même, ce qui est plus gênant, des gendarmes (habillés bien entendu). Quant aux animaux adeptes du naturisme, on est hors sujet…

Donc je vois des fasses un peu frippées dans mon téléviseur. Le reportage a pris soin de ne rien montrer des parties intimes de ces adeptes d’Adam et Eve qui savourent la glissade d’une petite bise sur leur peau sans protection. Un orgasme comme un autre…

Je ne pense pas être capable de me balader nu comme un vers avec d’autres personnes, comme si de rien n’était. Question de mentalité, sans doute, mais en aucun cas d’éducation, puisque cette pratique n’a rien de malsain à mon sens. Mais bon, taper la causette, parler politique, évoquer la dernière déroute des Bleus la quéquette à l’air, ou déambuler au marché les mains dans rien du tout (pas de pantalon pas de poches), je ne pense pas en être capable, et Dieu sait que je suis courageux (je ne pleure jamais chez le dentiste).

Le pire, je crois, c’est la perspective de devoir partager mon anatomie avec la gent féminine, sans arrière pensée, sans remous strauss-khanien dans le caleçon, pour employer une expression pertinente. Si mon interlocutrice est d’un âge respectable, aucun danger de dérapage. En revanche, je fais quoi si la personne qui palabre en ma compagnie a été conçue pour affoler les yeux ? Difficile dans ces conditions de tenir une discussion sans un lapsus destructeur pour votre réputation de gendre idéal. Vous savez, cette peau de banane jetée par votre inconscient…

D’après ce reportage dévêtu, les naturistes représenteraient 6% de la population française, et la tendance progresse… À 50%, je reconsidère mon expatriation québécoise ! Tiens, ça me rappelle une blague du regretté Coluche. Je vous la livre dans son intégralité :

Un homme arrive dans un camp de nudistes, paye à l’entrée et dépose ses affaires. Il se promène nu au bord de la piscine lorsqu’il voit une magnifique femme nue. Il ne peut masquer son érection, confus. Tout à coup cette sublime bombe vient vers lui et lui dit:
– Vous m’avez appelée?
L’homme répond:
– Heu, non !
– Si, si, vous m’avez appelée.
La règle dans ce camp, c’est que quand un homme a envie d’une femme et le lui montre, il n’y a pas de raison pour qu’elle refuse, donc je suis à vous.
L’homme devient fou de joie et ils font les 400 coups pendant 2 heures.
Heureux, mais éreinté, il décide d’aller se reposer au sauna. Il est seul et ne peut retenir un pet.
De toute façon, il n’y a personne alors…
Tout à coup, un grand mec costaud arrive par une porte dérobée.
– Vous m’avez appelé?
– Euh, non, non.
Et le grand mec reprend:
– Si, si, c’est la règle dans ce camp, lorsqu’un homme a envie de se faire prendre, il pète, et voilà.

Notre homme proteste, se débat, et essaye de se défendre du mieux qu’il peut, mais en vain. Après 30 minutes de douleur et de supplice, il court vers la sortie du camp pour reprendre ses affaires et se faire rembourser. La caissière lui demande pourquoi il veut partir. Le camp n’est pas à son goût ?

Il répond:

– Écoutez, à mon âge, j’ai une érection une fois par semaine, mais par contre je pète toutes les 20 minutes, alors… »

Publicités

2 replies »

  1. Mouais… Un peu le cliché classique du mec qui n’a jamais essayé, ton billet, même s’il a le mérite d’exister.
    Tu sais, le fait d’être nu pour faire toutes les activités du quotidien, on l’oublie au bout de quelques jours une fois qu’on est devenu naturiste dans l’âme. Par contre on ne peut plus se passer de ce sentiment de liberté accrue.
    Après tout, il ne faut jamais oublier que comme tout les êtres vivants dans ce monde… on nait nu.

    J'aime

    • Ce billet n’est en aucun cas une charge contre les naturistes, j’ai simplement voulu rebondir sur ce sujet vieux comme le monde, sur un ton un peu décalé et humoristique, comme souvent sur ce blog. C’est vrai que je n’ai jamais essayé, mais ça ne me tente pas, et j’en suis convaincu. Je peux comprendre ce sentiment de liberté accrue comme vous dites, et loin de moi l’idée faire interdire les camps de nudistes ou de jouer les pères la morale. L’important est d’être bien dans sa peau, et si le naturisme contribue à cet épanouissement, alors tant mieux….
      Cordialement,

      OLivier

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s