Le Québec, vu par Desproges

Je ne peux résister à l’envie de publier in extenso ce que l’illustre et regretté Pierre Desproges écrivait à propos du Québec, avec son humour caustique et sa provocation habituelle, dans son Dictionnaire superflu à l’usage de l’élite et des bien nantis, paru dans les années 80. Et quelle écriture !

 « Québec : province du Canada située au nord est des États-Unis, essentiellement peuplée de Berrichons en Cadillac appelés Québécois. La langue officielle est le français, qui est mâché par six millions de personnes. 

Le Québécois est hospitalier, travailleur, rarement iroquois, souvent chômeur. Il est extraordinairement ouvert et souriant. On a même vu des fonctionnaires québécois dire bonjour. L’hiver, sa tête émerge à peine de deux mètres de neige. Il se bat contre la glace à coups de pelle fracassants que sa stature bûcheronne autorise à merveille. Détruire la glace est l’unique souci hivernal des Québécois. Il la broie, la pile, la chauffe au chalumeau, la réduisant parfois en eau.

Aux beaux jours, le merle francophone trille la outi. Le Québec aussitôt déshiberne et se met à fondre de partout, dans la rumeur bouillonnante de mille torrents fous. Alors, le Québécois s’affole de voir toute cette eau lui échapper. Il la stocke bien vite dans des congélateurs considérables et des distributeurs de glaçons que le visiteur étonné découvre à tout bout de champ de maïs en la moindre gargote. Conserver la glace est l’unique souci estival du Québécois.

 Les villes les plus connues du Québec sont Montréal et Québec. Même mon beau-frère Christian, qui fait du rock’n roll, en a entendu parler.

Large, paisible et feuillue, Montréal s’enorgueillit de joyeuses rues piétonnes ouvertes aux palabres futiles et propices aux funambules. On y goûte aux terrasses le spaghetti et l’osso buco canadien, bassement calqué sur les recettes italiennes, à ce détail près que le bout de veau y est remplacé par des genoux de castor au sirop d’érable pour adoucir.

La nuit, rue Sainte-Catherine, au Club 281, six éphèbes oubliables s’étirent sans joie la zigounette sous le nez d’une clientèle féminine que ces ondulantes caoutchouteries exacerbent peu, car la femme plus souvent bande à coeur.

Québec est plus montmartroise et, quoique altière et fortifiée depuis Champlain, plus putassement touristique, avec ses barbes à papistes, ses bateleurs frelatés, ses loubards las à motos sales. L’autochtone effrayé, avant de fuir l’août fébrile, met sa cabane au cadenas. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s