L’autoroute des couleurs

D’habitude, je hais les autoroutes. C’est long, monotone, gris, bref, c’est chiant ! Au Québec, c’est pire, la vitesse limitée à 100km/h étirant l’immensité du territoire. 

Et puis il y a des exceptions. Aujourd’hui, l’automne m’a fait aimer ce grand ruban d’asphalte qui me menait à Rivière-du-Loup, dans ma région d’adoption du Bas-Saint-Laurent. Pourtant, il pleuvait des seaux d’eau, comme vache qui pisse comme on dit chez nous, la vessie des nuages à deux pis d’exploser.

Apercevoir ces milliers d’arbres multicolores le long de la route, j’avoue que ça produit son effet, ça enjolive une journée humide et maussade. Les couleurs vives tranchent avec la grisaille, et, pour une fois, on remarque cette végétation qui nous semble généralement terriblement ordinaire dans ce genre d’endroit. On sourit en constatant que les épineux font de la résistance avec leur vert imperturbable, quand les feuillus ont entrepris de les narguer avec leurs robes de carnaval.

L’autoroute québécoise en automne a des vertus  bienfaisantes et un pouvoir rassembleur évident. Elle vous réconcilie avec le laid, l’insipide, et transcende subitement le déjà-vu. Il y a bien longtemps que je ne m’étais pas senti aussi bien sur une autoroute, repoussant cet instant où j’allais devoir la quitter, elle et sa haie interminable de tonalités revigorantes et joyeuses. Snif !

Publicités

Catégories :Tranches québécoises

Tagged as: ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s