Secousses platoniques

Mon lit a vibré la nuit dernière. Ça faisait une éternité… Pourtant, j’étais toujours en pyjama, mais pas la moindre silhouette féminine chevauchant mon corps en criant des insanités. Non, les secousses dont je fais mention provenaient du sol. Un tremblement de terre ! Oui, même au Québec, même à Montréal, même dans cette province où les vibrations verbales restent à des niveaux tolérables. Ces derniers temps, pourtant, on était plus habitués aux scandales telluriques éclaboussant l’administration du maire Tremblay, dont le parti fait face à des accusations de corruption dans la cacophonie générale. La terre s’est aussi mise à trembler lorsque la saison de hockey a été mise entre parenthèses en raison d’un lock-out mettant aux prises des nantis, dont l’issue incertaine fait l’objet de bien des spéculations. Oui, ces derniers temps, les ondes de choc sont monnaie courante dans la métropole. Rumeurs et révélations égaient l’actualité…

Mais revenons à ce séisme de magnitude 4,5 sur l’échelle de Richter, qui aurait été ressenti jusqu’à Ottawa (pour les naufragés de la géographie, c’est en Ontario, à deux bonnes heures de Montréal). Quand c’est arrivé, vers 0h20, j’écoutais quelques podcasts d’un imitateur français qui trouve grâce à mes yeux. Quand mon lit a subitement bougé, j’ai pensé à un esprit malin, et aussi à un poltergeist, cet esprit frappeur immortalisé dans le film du même nom, lequel ne m’a plus jamais fait regarder l’écran neigeux de ma télévision de la même façon. N’ayant pas été formé aux incantations religieuses, et encore moins à la flagellation de mon corps impur, je commençai à envisager un déménagement express pour me sortir de ce guet-apens démoniaque.

Je crois n’avoir jamais bondi aussi vite de mon pieu, même en découvrant au petit matin la présence d’une personne incompatible avec mes désirs inavouables, l’esprit encore embrumé par des fragrances d’alcool frelaté dangereuses pour la libido. Ça me fait penser qu’on devrait songer à provoquer des séismes en début de journée, considérant mon penchant à quitter mollement mon plumard.

Tout ça pour dire que mon lit a tremblé, qu’il n’y avait rien de sexuel et que je n’ai pas pensé, dans l’urgence du moment, à quitter mon immeuble pour vérifier si des voisines en petites tenues avaient eu la même idée. Je fonde donc tous mes espoirs sur de potentielles répliques…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s