Obama réécrit son histoire…

(C’était il y a quatre ans. Alors que Barack Obama a été réélu à la présidence des États-Unis, je déterre ce que sa première élection historique m’avait inspiré…)

« J’ai fait un rêve Monsieur Luther King. Je tenais à vous en parler. Je ne sais pas si vous avez la radio là où vous vous trouvez. Laissez moi vous raconter ce qui se passe sous vos nuages. Les temps ont changé vous savez. Beaucoup. Un Noir est entré à la Maison Blanche. Un Afro-Américain est devenu le 44e président des États-Unis.

Cet homme s’appelle Barack Obama, 47 ans, dynamique, le symbole d’une nouvelle ère pour l’Amérique paraît-il. Un démocrate, un progressiste pétri de cet espoir qu’il décoche à belles dents. Obama, c’est le  gospel qui électrise la politique. Avec sa faconde de leader et son slogan fédérateur – Yes, we can – il a enfanté l’inspiration. Le court de l’histoire est donc en passe de changer. Jamais une élection américaine n’aura suscité autant d’intérêt sur notre belle planète.

Vous savez, j’ai vu des gens pleurer pour le sénateur de l’Illinois. J’étais assis dans mon salon lorsque l’émotion du révérend Jesse Jackson a traversé ma télévision. J’ai vu des citoyens américains se déplacer en masse pour glisser un bulletin d’espoir dans une urne pleine de promesses.

Quand vous verrez JFK, dites lui  que l’espoir n’est pas mort au Texas en 1963. Dites aussi à Jesse Owens que Barack Obama a franchi la ligne d’arrivée en vainqueur après une course longue et éreintante. Et surtout, dites à Rosa Parks qu’en refusant de céder sa place à un passager blanc dans un bus en 1955, elle a semé une révolution qui atteint aujourd’hui son apogée. Ironie de l’histoire, c’est un Blanc qui s’apprête à donner son fauteuil à un Noir dans le célèbre bureau ovale de Washington.

Mohamed Ali a dit un jour : « On ne devient pas champion dans un gymnase. On devient champion grâce à ce qu’on ressent: un désir, un rêve, une vision. » Le 4 novembre 2008, un champion nommé Barack Obama a gagné son combat sur le ring de l’Histoire.

Vous voyez, Monsieur Luther King, il y aura un avant et un après Obama, comme il y a eu un avant et un après 11 septembre. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s