Alcoolique mélodique

ivre_zoomL’alcool, ça inspire des vocations. Chanteur par exemple. Chanteur raté, mais chanteur quand même… J’étais debout, en attendant patiemment le métro, le nez plongé dans un recueil de nouvelles déjanté signé Nadine Monfils, quand c’est arrivé. Je finissais l’histoire d’un homme gonflable dont le zizi fait « ouin ouin » quand on appuie dessus. Un sexe en plastique qui finira greffé sur le corps d’un homme dont la femme a tranché le sexe, réel pour le coup, et qui fait pas « ouin ouin ». Ouille !

J’ai quitté les bras de l’auteure belge à cause d’une chanson. D’abord lointaine, puis de plus en plus rapprochée, et finalement intime. J’ai vu ce gars faire les cents pas sur le quai d’en face, nez chaussé de lunettes fumées et bouteille verte en plastique dans la main droite. Il faut oser pousser la chansonnette quand la foule des usagers grossit à vue d’œil et que la cohue reprend ses droits. Mais on ose tout quand on est bourré, on est persuadé d’avoir un talent caché, façon Cirrhose du Business man. Je ne suis pas l’inspecteur Columbo, mais quelque chose me dit que ce n’était pas de l’eau dans sa bouteille.

Le style des mélodies ? Des standards de la chanson américaine, enfin des morceaux, des miettes de tubes, des rumeurs de chef-d’œuvres. Devant moi, le chanteur abandonné se fraie un chemin dans un juke-box visiblement fatigué. Y a quelques globules rouges qui doivent foncer à contresens dans ses vaisseaux sanguins. Il chante par segments, fredonne quand sa mémoire fait un coma. Ses paroles s’évaporent avec les fragrances d’alcool qui s’évadent de sa bouche, haleine sans doute frelatée, dans une indifférence quasi générale. Je dois être le seul à sourire.

Je le regarde s’éloigner, la démarche pataude, à rebours du conformisme ambiant. Il dénote en titubant son numéro jouissif, heureux de sa prestation. Je ne sais pas s’il a continué son récital, car mon métro est arrivé avant le sien. J’ai rejoint Nadine et ses Contes cruels, avec des titres savoureux tels que Les Restos du cul, Rue de la Verge noire ou encore Petit caca Noël. On se détend comme on peut.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s