Pour Manon…

À vos cartes postales !

C’est un appel que je lance, mais vous déciderez de faire, au final, ce que bon vous semble…

Je suis tombé sur un article, par hasard, le 31 décembre. Un article qui m’a touché. Pourquoi celui-ci plus qu’un autre ? Je n’en sais rien. Ce que je sais en revanche, c’est que les rêves se trouvent parfois sous nos pieds, et que nous sommes les arrosoirs qui les font éclore.

J’ai découvert l’histoire de Manon. Manon s’est mise en tête de recevoir un maximum de cartes postales, de France et de l’étranger. Mille, c’est l’objectif qu’elle s’est fixée, et au rythme où vont les choses, ce sera sans doute plus. Lancée sur Facebook, avec l’aide de sa maman Emmanuelle, son initiative a fait tâche d’huile, puisqu’à la veille de la nouvelle année, 615 cartes postales étaient parvenues à son domicile. À la journaliste qui l’interrogeait, cette jeune femme de 17 ans, originaire de Liévin dans le Pas-de-Calais, a confié que tous ces envois la faisaient voyager. Chacun de ses rectangles cartonnés est une fenêtre ouverte sur le monde, et une caresse ensoleillée quand le moral est au plus bas. Du moins je l’imagine. J’imagine que cette demoiselle ouvre grand ses yeux et son imagination quand le facteur dépose une ou plusieurs lettres dans la boîte familiale. De son propre aveu, elle ne manque aucun de ses passages…

Détail qui a son importance : Manon est handicapée. À cause d’une maladie génétique, elle est clouée dans un fauteuil. Sa maman a promis de répondre à toutes les personnes qui lui auront fait parvenir un peu de soleil avec quelques mots, et parfois plus. Certaines enveloppes contiennent des cadeaux, des bonbons ou des chocolats.

À titre personnel, je vais écrire à Manon, dès que j’aurai regagné le Québec, histoire de la faire vraiment voyager, et d’apporter mon écot à sa lumière intérieure. Dans le monde qui est le nôtre, où les coups de feu font de l’ombre aux détonations du cœur, je me dis que sa requête agite sa petite étincelle dans des âmes souvent grises, et détartre un canal humain souvent grippé, quand il n’est pas bouché.

Je vais lui écrire en pensant à Lourdes, à mes années passées auprès des malades dans cet habit de brancardier qui me manque tant, mais aussi à cette race humaine qui n’est jamais aussi belle que lorsqu’il lui prend l’envie de réaliser une belle action.

Celle qui me tient à cœur est à la portée de tous et elle ne coûte pas cher. Un timbre, une carte, et au bout du voyage la promesse de rendre une jeune femme heureuse. Une jeune femme qui a eu le mérite de nous rappeler que le bonheur, c’est ce petit truc qui nous chatouille parfois la chaussure. Cette petite chose à la force herculéenne qui soulève un homme en deux trois mouvements. Là, à quelques centimètres de nos egos démesurés et d’une indifférence qui confine parfois à l’omnipotence…

Alors merci à elle, et à son projet si simple qui nous oblige aussi à mettre de côté les textos et internet l’espace de quelques mots écrits à la main sur une carte postale encore vierge. Un peu de soi-même pour apaiser les blessures, c’est pas mal, non ?

Son adresse : Manon Volferre, 18 rue Thomas Edison, 62 800 Liévin.

(carte envoyée le 17-1, à mon retour du Québec)

Publicités

Catégories :Made in France

Tagged as: , , ,

3 replies »

  1. c’est un véritable relais du cœur qui s’est mis en place pour Manon et qui fait le tour de la terre. C’est magnifique ! Manon, tu vois qu’il y a encore un espoir dans ce monde. Les gens savent encore aimer !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s