Taureauscope (20)

Jeudi 20 novembre : « Vu que la Lune se trouve en Scorpion, juste en face du Taureau, ce jeudi ne devrait pas vous contrarier outre mesure. Tandis qu’un vent de rigueur pourrait amener certains sujets moins méthodiques à se discipliner face à leurs projets, vous ne devriez pas vous laisser ralentir par des gens qui manquent généralement d’organisation. Votre travail pourrait servir d’exemple. »

Vous avez raison (ça n’est pas arrivé souvent) : mon jeudi ne m’a pas contrarié outre mesure. Et vous avez doublement raison quand vous laissez entendre que mon travail pourrait servir d’exemple (je vous dois combien ?). Je l’ai toujours dit : mon talent n’est pas reconnu ! Prenez ma Joconde réalisée avec des excréments… Personne n’en veux ! Comprends pas…  Voilà, j’ai fini. Vous avez vu, je fais de plus en plus court sur l’analyse de votre horoscope, sans doute enfanté après avoir éclusé quelques bouteilles de pinard suspicieux.

Venons-en à ce qui importe, en somme : ma LIFE ! Permettez-moi d’appuyer sur le bouton « vitesse rapide » de la télécommande pour vous raconter un épisode de ma journée, lequel est moins soporifique que vos prévisions à la con. Le sujet ? Un 5 à 7 professionnel auquel j’ai pris part. Je vais pas rentrer dans les détails, le nombre de personnes et de bières dans le frigo, les poignées de main poliment hypocrites, genre « ça va toi toi » avec un petit « connard » coincé dans la gorge… ce genre de choses futiles quoi. Reste que je me suis bien marré, notamment en raison de la présence de deux collègues qui ne sont pas les derniers à déconner. Je dirais même qu’ils ont tendance à prendre le meilleur départ. Si le 100 m visait à départager les comiques, je pense qu’ils seraient de sérieux prétendants aux honneurs mondiaux.

Au cours de ce 5 à 7, certains ont profité du billard présent au sous-sol du bâtiment où avait lieu la petite fête. Ah, le billard ! Je crois que je connais peu de loisirs aussi tendancieux ! On s’est fait la remarque avec un des deux humoristes. Rien que le vocabulaire qui y est rattaché est un appel au sexe : boule, queue, trous… (si vous étiez venus pour lire de la poésie, c’est raté). La règle est du même acabit : mettre lesdites boules dans les trous en se servant de sa queue. J’invente rien… Vous remarquerez aussi que ce divertissement a tendance à mettre à l’épreuve la fierté des hommes, comme si leur virilité était en jeu, un peu comme le créneau sur le terrain de l’automobile, lequel, on le sait, est une véritable chasse gardée ! Inutile de dire que quelques joueurs se sont faits chambrer, que quelques fous rires gras ont fusé, dont un, il me semble fort, s’est échappé de ma bouche d’enfant de chœur (et là tout le monde se marre).

Bref, la gaudriole battait son plein, tandis que deux photographes un peu zélés entreprenaient d’immortaliser cette joyeuse séquence interdite aux moins de 16 ans. À un moment, je n’ai pas vu arriver cette femme qui s’est intercalée dans notre conversation. Il faut dire que pendant les discours, un des orateurs avaient invité les convives à faire connaissance, à se mélanger, mais dans le sens figuré du verbe. Je me dois de préciser, car j’ai eu vent de soirées où le mélange est pris au premier degré. J’ai un ami qui a assisté à l’une d’elles, sans réellement savoir où il mettait les pieds. Le temps qu’il fasse répéter un de ses interlocuteurs – « vous dites ? si je suis échangiste ?» – sa femme s’était volatilisée (on l’a retrouvée deux heures plus tard, vivante mais très fatiguée).

Donc, cette dame ne faisait qu’appliquer les consignes, et nous n’allions tout de même pas l’ostraciser. Le problème, c’est que nous n’étions pas sur la même longueur d’ondes. Je vous rappelle qu’on enchaînait les blagues dans une ambiance un peu potache, limite fin de mariage fortement aviné. C’était donc incompatible avec ce qu’elle nous proposait: discuter le plus sérieusement du monde de culture, et d’autres choses que je n’ai pas entendues car j’ai vite pris mes distances, abandonnant lâchement mon camarade entre ses mains. Je l’ai vu redevenir subitement sérieux, le pauvre.

Pour mieux vous résumer ce que j’ai ressenti à ce moment-là : y a juste à imaginer que vous êtes en train de mater un film prônant les gros plans et les pénis de centaures. Vous y êtes ? En clair : vous prenez votre pied devant un bon vieux porno. Et soudain, alors qu’une sensation communément appelée orgasme pointe le bout de sa semence, vous appuyez machinalement sur la télécommande et vous tombez sur une chaîne qui rediffuse un classique de Walt Disney, genre Bambi au hasard… Tout ça pour dire qu’elle avait cassé l’ambiance. J’ai très vite compris que j’avais perdu mon pote. L’encéphalogramme de la rigolade était plat. Fini, a pu bonne humeur. Heure du décès : 19h15.

Un peu plus tard, elle s’est approchée de moi pour me demander : « Et toi, tu es qui ? » Un autre copain, nourri aux mêmes mamelles de l’humour que mes acolytes, a cru bon de lui répondre : « Lui, il est rien. » Eh bien figurez-vous qu’elle a souri, la conne ! On a quand même jasé un peu musique, sauf que j’ai eu le malheur de soutenir qu’un organe de type Céline Dion (je parle de la voix, Céline Dion n’est pas un transformiste) n’était pas un préalable à une belle carrière, qu’on pouvait être un bon artiste sans nécessairement briser des verres, des tympans ou des couilles en se pétant les cordes vocales… C’est là que son visage s’est un peu assombri. Sa tête a fait un 360 degrés et elle m’a alors craché des insanités du style « Jésus te baise en enfer ! » En gros, elle était pas d’accord. J’ai cru aussi déceler chez elle un certain intérêt pour notre Johnny Halliday national. Autant dire que la rupture était consommée.

On a fini par se débarrasser de son emprise, alors que nos montres respectives (nos téléphones portables en fait) nous poussaient vers la sortie.

C’était quand même une agréable soirée…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s