Taureauscope (23)

Dimanche 23 novembre : « Pourquoi vous obliger à participer à une activité qui vous déplait ? Voici plutôt un dimanche pour penser à vous et vous offrir du plaisir. Si un sentiment de culpabilité vous entrave la voie, dites-vous que les personnes qui vous aiment souhaitent avant tout votre bonheur. Et ceux qui briment votre liberté n’ont que le pouvoir que vous leur accordez. »

Je me serai bien fait masser aujourd’hui. Je sais pas pourquoi je vous dis ça. Une envie soudaine. Un manque.

Mon dimanche n’a pas vraiment rimé avec plaisir. Quand on travaille un dimanche, on le fait rarement de gaieté de cœur. Un dimanche studieux, donc. C’est dommage, il faisait bon dehors. Gris, mais bon. On peut pas toujours tout avoir. Et puis on rentre dans une période au Québec où un beau ciel bleu est généralement synonyme de températures assez fraîches merci bien (quand la glace a recouvert vos fenêtres, ça peut vous mettre sur la voie). À choisir, je préfère me cailler les miches, ou me peler l’oignon (mes lecteurs québécois, disons les plus sauvages :-), apprécieront ces expressions colorées bien gauloises) sous le soleil que me tailler les veines sous une grisaille tiède…

J’ai décidé d’aller courir ce matin, mais je l’ai pas fait avec le sourire aux lèvres. Je suis pas trop du matin pour me lever, alors imaginez pour courir. Il a fallu se faire violence (ma technique : penser à ce que l’on mangera après !). À 9h30, j’avais une paire de fesses flasques et blanches dans le viseur. Juste devant mon nez. Faut reconnaître que ça change des biscottes ! C’est tout le charme d’un vestiaire masculin. Tu es assis sur ton banc, occupé à lacer tes running shoes, et puis soudain tu te retournes et… et tu vois ce cul fripé d’un congénère qui se croit un peu comme à la maison, le genre que t’as envie d’appeler Roger ou Marcel. Le style à te gratifier d’une petite flatulence amicale, pour ne pas dire suave, histoire d’apaiser les tensions.

J’étais déjà pas super motivé en arrivant au club de sport, mais je crois que cette vision m’a fait l’effet d’un coulage de béton dans mes chaussures mollassonnes. Roger a ensuite enfilé un joli slip blanc, lequel était à deux doigts d’étouffer son nombril. En clair : une formule kangourou, grande taille, catégorie « pas peur du ridicule », avec sa belle poche à ouverture horizontale. Un classique ! Mieux : une pièce collector !

Vous parlez dans votre horoscope de personnes qui briment ma liberté. Mais que faire avec ceux qui briment la poésie ? 🙂

Publicités

Catégories :Taureauscope

Tagged as: , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s