Taureauscope (25)

Mardi 25 novembre : « En face de votre Signe, 3ième décan, l’actuel duo Mercure-Saturne en Scorpion accentue votre sérieux et votre sens des responsabilités. Vous constaterez que l’individualisme n’est pas forcément une entrave à l’altruisme et à la compassion. Le meilleur moyen de faire plaisir à quelqu’un consistera peut-être à commencer par vous faire plaisir… »

Bon, déjà, ça commence mal. Suis du 1er décan (j’ai pas dit 1er des cons). C’est dommage, ça me tentait bien le sérieux et les responsabilités. Passons…

Je partage à 100% votre commentaire sur l’individualisme qui n’est pas une entrave à l’altruisme et à la compassion. L’altruisme, ça me connaît, il m’arrive même de devenir intime avec des cinglées. La compassion, j’aime bien aussi, en tout cas je la préfère à la pitié, qui peut avoir de mauvais côtés. Je trouve la pitié parfois condescendante si vous voulez mon avis. Oui, il m’arrive d’avoir un avis.

Concernant votre dernière phrase, l’onanisme entre-t-il dans ce cas de figure ? Si tel est le cas, je pense que ce quelqu’un doit déborder de joie, car je me fais bien plaisir ! 🙂 (et dire que ma mère lit ce blogue; maman, sache que ton fils déforme pas mal de choses sur ce site que des tas d’inconnus dévorent d’un œil gourmand…)

Parlons de ma journée, ou plutôt de ma soirée, puisqu’il ne s’est rien passé avant cela, si ce n’est une propension à la maladresse sur les coups de midi trente, avec entre autres une dispersion de mon lunch sur des escaliers… Toujours agréable.

Je suis allé voir le dernier film de Christopher Nolan, Interstellaire, c’est du moins le titre québécois. Je vais être honnête : j’ai perdu des bouts de cerveau en chemin. Pas le genre de truc à regarder si tu as bu une bière (c’est déjà trop). Le genre de film qui demande la plus grande sobriété… et l’attention qui va avec. Si tu as le malheur de pioncer 5 minutes, c’est mort, t’as plus qu’à quitter la salle. T’es éliminé. Ça pardonne pas. Tu as envie de pisser ? Fais-toi de dessus, c’est plus prudent. Distraction interdite. En revanche, tu es autorisé à demander de l’aide à ton voisin si t’as pas tout compris, même si c’est un inconnu :

– Eh Machin, pourquoi le héros à la fin il est plus vieux que sa fille, qu’il a quittée alors qu’elle n’avait que 10 ans ?

Ou encore :

– Excuse moi de te redéranger Bidule, mais c’est quoi un trou noir ? Enfin je veux dire dans l’Espace,  je ne veux rien savoir de tes expériences scato-sexuelles. Au fait, t’as braguette est ouverte…

Tout ça pour dire que Nolan nous a pondu une belle œuvre spatio-métaphysico-temporelle, et en plusieurs dimensions. Le résumé, archi bref : la Terre se meurt et des scientifiques partent à la recherche de planètes où la vie serait possible. Ils en ont identifié trois. Sur la première, que de la flotte. Ceci dit, planète super intéressante car on a toujours pied dans la mer. Le paradis des surfeurs aussi, avec des vagues de 100 mètres (prévoir un casque). Après, faut aimer l’eau….

Sur la deuxième, les nuages sont de glace, ou plutôt en glace. Sur le sol comme dans les airs, c’est le Pôle Nord. Le décor: aseptisé, âpre, chiant. On apprend que les journées durent 65 jours, tout comme les nuits d’ailleurs. Bipolaires s’abstenir. Vous avez raison : on a connu mieux comme planète accueillante, d’autant que l’atmosphère est composée d’ammoniaque, ce qui réduit pas mal les activités.

Je m’arrête là, je vais pas tout vous raconter non plus !

Visuellement, c’est du top niveau, du master chef, ce space opéra (la bande sonore est une réussite) rappelant parfois le Gravity d’Alfonso Cuarón. Un film à voir, assurément. Du grand spectacle, du Nolan tout craché. Léché, grandiloquent par moments, et terriblement angoissant ! L’immensité de l’Espace m’a toujours angoissé, en ce qui me concerne. L’infiniment grand et l’infiniment petit côte à côte. Posez-vous juste cette question : y a quoi après l’univers ? Vous le sentez le vertige ?

Un dernier conseil pour la route, au cas où cette œuvre de science-fiction vous tente… Prévoir un coussin pour la nuque (on frôle les 3 heures), un sac d’aspirines, et un briquet pour vous brûler les doigts si vous commencez à piquer du nez. Le cas échéant, programmez l’alarme de votre téléphone intelligent ou demander à votre voisin de vous secouer énergiquement à la fin de la séance. Ah, j’allais oublier : prendre aussi des sous-vêtements de rechange, pour ceux qui se seraient urinés dessus pour ne pas être disqualifiés… 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s