Chez moi (2)

Aujourd’hui : la radio dans ma cuisine

20150704_131354Encore un rituel, et je ne suis pas le seul. Ma radio.

Quand je me lève, c’est le premier geste que j’accomplis, même avant d’aller faire la vidange… uriner si vous êtes plutôt classique. Le pousse et l’index de ma main droite se saisissent du bouton de cette compagne bien utile, surtout pour les célibataires. 

Je sais que beaucoup en ce bas monde ont pris l’option « enfants » pour les aider à sortir du lit, mais moi j’ai préféré la radio. Ça me coûtait moins cher en couches, et pis la radio, si je lui fous une mandale (ça y est, je viens de perdre tous mes lecteurs québécois), elle pleure pas. Au pire, elle grésille. Et si elle cause trop, je l’éteins. C’est cool une radio… J’aime cette domination de l’homme sur la machine (je m’enflamme un peu, c’est pas Terminator non plus). À une heure matinale, alors que ma silhouette est une offense à la dignité, je trouve salutaire de pouvoir reprendre confiance à travers des gestes anodins. Moi, quand je coupe la radio, je me sens fort, je me sens viril ! Je suis plus fort que Bruce Lee : avec deux doigts, je la mets KO !  

Bref, tout ça pour dire que j’écoute la radio en me levant le matin. Franchement, si ça c’est pas un scoop… Outre les informations qu’elle diffuse (météo, trafic, adresses pour baiser pas cher… ah non, je confonds avec autre chose…), elle me rend un grand service. Car au même moment, dans l’appartement d’à côté, il y a le singe de la voisine qui s’excite. Enfin je veux dire le garçon (je confonds toujours). Il court, il chante, et comme les murs sont épais comme du papier à cigarette, j’ai toujours l’impression qu’il va surgir dans ma chambre et sauter sur mon lit en criant « papa ! » Putain de sueurs froides… Donc, pour couvrir ce vacarme incitant à l’homicide, je monte le son assez fort. J’aime quand ma radio se porte à ma défense.

Et puis ma radio, elle est belle ! C’est même la plus belle (dit-il avec la fierté béate à peine  contenue de la maman qui vous présente pour la première fois son rejeton). Elle est même rétro. J’ai flashé sur son look. Quand je ne suis pas encore tout à fait réveillé et que je l’aperçois, j’ai l’impression que De Gaulle va venir beurrer mes tartines. Avec elle, je revisite le passé. J’ai toujours eu un faible pour l’ancien, excepté pour les femmes, mais pour des questions d’assurance cette fois. Et puis passé un certain âge, on ne trouve plus certaines pièces de rechange.  

Le matin, j’écoute Radio-Canada. Quand on arrive au Québec, c’est une station bien utile : on comprend tout quand ils parlent ! C’est dans cette société d’État qu’ils se targuent de parler un « français international ». Faut avouer que dit de cette manière, ça a de la classe ! Histoire de faire le distinguo entre le français plouc, paysan, joual quoi !, avec des fleurs de pissenlit plein la bouche, et le parler du colon, qui passe le test du sous-titrage sans problème…

À vrai dire, je change rarement de station, sauf parfois le soir quand il me prend l’envie d’écouter un peu de musique classique, cintré dans un costume Hugo Boss (des maths), un gros cigare entre les lèvres (rien de sexuel) et un verre de cognac dans une main, pendant qu’une inconnue m’astique le haut-bois (oh non Olivier, ça commençait bien pourtant…). Bien entendu, cette scène est le fruit d’une imagination alimentée par une trop longue disette charnelle. Cela étant dit, il m’arrive d’écouter de la musique classique de mon plein gré, histoire d’étouffer un peu le bruit de ma tronçonneuse intérieure… 

En définitive, je l’aime bien ma radio. Mais ça, vous vous en doutiez.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s