Un café sur la mer

La façade est à elle seule une invitation à entrer… (photos : Olivier Pierson).


C’était pas prévu que je m’arrête à Métis-sur-Mer. Je suis revenu sur mes pas, après avoir visité les Jardins de Métis, sur les conseils d’Alexander Reford, son directeur.

Métis-sur-Mer, c’est une enfilade de maisons élégantes, voire cossues, en Haute-Gaspésie, avec vue imprenable sur le fleuve Saint-Laurent, ce qui accentue leur charme. On se croirait dans une cité balnéaire.

Métis-sur-Mer, c’est le genre d’endroit qui rend jaloux, le genre aussi à faire respecter scrupuleusement les limites de vitesse. Le panneau indique 50, mais tu roules à 30. Quand la beauté milite pour la sécurité routière, tu l’écoutes.

Métis-sur-Mer sous un ciel sans rature, c’est plus un village, c’est une carte postale. Un tableau qui semble avoir été peint par des amateurs d’art, en tout cas des orfèvres de la sérénité. C’est zen des deux côtés de la rue principale qui serpente parmi les toiles. Onctueux comme un dessert nappé de chantilly.

La boutique fourmille d'idées cadeaux...

La boutique fourmille d’idées cadeaux…

Métis-sur-Mer, c’est l’arrêt obligatoire, la pause délice, le dessert tout en bas du menu. On fait allégeance à cette appellation qui fait penser à Matisse, lequel aurait pu croquer cette municipalité élégamment vêtue.

Si je me suis attardé dans les bras de cette comtesse touristique, c’est à cause d’un café dont le nom était à lui seul une incitation à l’escale, avec amarrage des yeux à la façade. Une façade d’un bleu azur, doux au regard. À l’extérieur, une petite table et ses deux chaises blanches, comme un nuage posé au pied de ce commerce attirant.

Une ancienne cordonnerie

Autrefois, Café sur Mer vibrait au son des outils d’un cordonnier nommé Leblond. Il y a 5 ans, l’endroit a changé de vocation sous l’impulsion de Janis Gillan, « comme Janis Joplin », m’a-t-elle soufflé quand je lui ai demandé l’orthographe de son prénom. À ses heures, cette Torontoise manie le pinceau. Une artiste dans l’âme qui a voulu un lieu axé sur le mélange, à commencer par l’anglais et le français, qui cohabitent dans cette enclave relaxante. Elle-même pratique cette gymnastique, même si elle s’excuse de ne pas être bilingue. C’est vrai que la langue de Molière paraît convalescente dans sa bouche, mais ses efforts pour dompter cet étalon altier la rendent sympathique.

L’an passé, la gérante a décidé de prolonger l’ouverture de son établissement au-delà de la période estivale, plus précisément les week-ends jusqu’au mois de décembre. De son propre aveu, l’essai a été concluant, et il faut s’attendre à une récidive cette année. Des soirées musicales ont aussi été instaurées, généralement le jeudi. En 2015, c’était jazz. La dame a de la suite dans les idées pour faire vivre son petit commerce et le rendre attrayant.

Lecture et partage

Le petit coin bibliothèque est propice à la détente et à la discussion.

Le petit coin bibliothèque est propice à la détente et à la discussion.

Une fois à l’intérieur, on découvre une boutique propice aux idées cadeaux et à l’achat compulsif. Art de la table, bijoux, tableaux, jeux pour enfants et autres objets décoratifs composent une partie de son enseigne. Un coin bibliothèque a aussi été aménagé sous le signe du troc. Libre à chacun d’emprunter un des nombreux livres disponibles et d’en laisser un en retour. Toujours ce souci de l’échange qui caractérise la maîtresse des lieux. L’espace est propice aux discussions et à la détente.

Café sur Mer propose aussi une petite restauration. Si, comme moi, vous avez la dent sucrée, je vous suggère fortement le gâteau à la banane et au chocolat, qui gagne en succulence après un petit passage par le four. Il a réveillé le démon de la gourmandise qui se reposait contre mon estomac en pleine digestion.

Cette petite touche sucrée est venue conclure une journée placée sous le signe des belles découvertes, après un accostage à la Villa Estevan, des Jardins de Métis, avec son menu de dentelle et sa fraîcheur printanière…  Une autre tentation gaspésienne.

Publicités

1 reply »

  1. C’est un endroit magnifique et Janis est une femme fantastique et elle aime bien rigoler. QUand vous y retournerez, essayez aussi le sucre à la crème DIVIN! et parlez des Bijoux du Zèbre dont elle expose les créations magnifiques et passez la nuit au Gîte de Grand Métis directement sur la mer! vous serez comblé.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s