Rouge-blanc-bleu (4)

Merci. C’est le premier mot qui me vient à l’esprit au moment de clore ma petite série relative aux attentats parisiens.

Merci aux Québécois, et à travers eux à tous ces citoyens du monde qui ont exprimé leur sympathie et leur solidarité à l’endroit de la France. Je suis un expatrié, je vis dans cette province si accueillante du Canada, et comme beaucoup d’expatriés, ces évènements m’ont transpercé de part en part. Les balles qui ont tué à Paris ont poursuivi leur sale besogne un peu partout sur la planète, faisant couler les larmes après avoir fait couler le sang. Elles ont meurtri les idéalistes, à commencer par moi, elles ont entamé mon insouciance, en tout cas ce qu’il en restait. Des lézardes sur un mur, ça n’est jamais bon signe.

Il était par conséquent très important de se sentir épaulés, quelle que soit la manière et les mots utilisés. Seul comptait cet appui salutaire que nous recherchions tous, alors que nos corps et nos têtes bourdonnaient encore d’incompréhension. Chez nos cousins québécois, les marques de soutien auront été diverses et variées. Ce qui m’a touché en particulier, ce sont les gestes venus du monde du sport. Peut-être parce que je suis moi-même un fidèle de cette religion qu’on dit si bonne pour la santé. Peut-être aussi pour sa formidable capacité à rassembler quand vient le temps de se serrer les coudes, loin des compétitions et des remises de médailles. 

En Amérique du Nord en général, et au Québec en particulier, nombreux auront été les professionnels et les amateurs à brandir un drapeau bleu-blanc-rouge en signe de soutien. Je crois, au passage, n’avoir jamais autant vu ces trois couleurs que durant ces derniers jours, comme si la France avait subitement envahi le monde, et ça aussi ça fait chaud au cœur. Des tas d’images d’unité se bousculent dans ma tête, à commencer par ces joueurs de hockey de la Ligue nationale qui ont communié avec ce peuple français tout de deuil vêtu. De Boston (autre ville meurtrie par le terrorisme) à Washington en passant par Montréal, les patinoires ont fait flotter notre étendard ou résonné notre Marseillaise.

Autant de témoignages (et le reste) qui ont contribué à nous maintenir la tête hors de l’eau, mais aussi, et c’est peut-être l’essentiel, à protéger cet espoir attaqué de toutes parts par des bourreaux voulant le réduire au silence avec leur idéologie pestilentielle.

Alors merci, merci pour toutes ces graines d’amour que vous avez semées et que nous nous sommes hâtés de récolter pour en sentir le rassurant parfum.

Dessin de Plantu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s