« Le meilleur tonton du monde »

Samedi 30 avril, deux colis sont arrivés pour mon 44e anniversaire. Mère et frangine. Dans la famille, on est synchro ! Le premier que j’ai ouvert, c’est celui de ma mère. À l’intérieur, une carte représentant Gainsbourg, une carte en noir et blanc. Ma mère a bon goût. Ce qui me rassure, c’est qu’elle n’a pas perdu la mémoire, s’étant sans doute souvenue que je venais de me taper la bio officielle de Gilles Verlant – 1 200 pages avec les annexes ! – sur ce personnage haut en couleur et si complexe. Il faut ajouter à son envoi deux plaquettes de chocolat de la marque Côte d’Or. Ma préférée. Et avec des noisettes en plus. En général, il me faut moins d’une heure pour en engloutir une, soit quelque 800 calories dans le bidon. Si le courage se mesurait à la capacité de résister à cette tentation, je serais un pleutre, mais dans ce cas précis, j’assume totalement.

Je dois préciser que je m’étais ému récemment auprès de ma daronne des prix exorbitants du chocolat ici. Exorbitant, le terme est peut-être un peu exagéré, mais force est de constater que cette gourmandise se paie parfois au prix fort chez les cousins, surtout quand on tape dans les élites. Presque 10 $ pour une plaquette de Côte d’Or : y a comme un soupçon d’abus dans l’air là ! Refusant de rester insensible à ma quête – elle qui continue à me demander, au détour d’une conversation sur FaceTime, si je mange à ma faim – ma môman m’a donc fait parvenir deux exemplaires de ce délice béni qui me donne des remords quand je le croque à pleines dents.

Puis je me suis intéressé à celui envoyé par ma sœur, plus difficile à ouvrir. Pourtant, rien n’indiquait, vu son poids léger, qu’il contenait un lingot d’or ou tout autre contenu précieux nécessitant ce sarcophage de carton soudé avec une colle extra forte qui aurait même donné du fil à retordre à Superman, ou du moins au Batman empâté du dernier Zack Snyder. La patience n’étant pas mon fort, j’ai décidé d’adopter la méthode psychopathe (en force donc) pour voir ce que ce colis avait dans le ventre. Quatre enveloppes pour tout vous dire, et un petit paquet délicatement emballé, renfermant une tasse laissant entendre que j’étais le « meilleur tonton du monde », titre que j’accepte sans rechigner. Oui, quatre enveloppes. Ma sœur ne fait pas les choses à moitié, et je dois reconnaître l’efficacité du procédé et l’excitation qu’il procure. Sur chaque enveloppe, l’identité de l’expéditeur…

J’en ai pris une au hasard pour commencer. Ma nièce. Emma. Écriture appliquée, des petits cœurs partout et beaucoup de « super » pour faire carburer ses sentiments à mon égard. Je suis un tonton trop absent à son goût, mais « le plus génial au monde » si je me fie à ses mots. Je dois avouer avoir été touché par cette lettre bien écrite, que quelques fautes d’orthographe – moins que beaucoup d’adultes ceci dit – n’ont pas enlaidi. Je lui suis aussi reconnaissant de s’être « explosé  la main », pour reprendre son expression, considérant que les ados sont plus textos que carte postale. Bel effort !

20160501_194344

La seconde que j’ai lue fut celle de Louis, 4 ans. À l’intérieur, mon prénom écrit en grosses lettres vertes. Je l’imagine très concentré lorsqu’il lui a fallu coucher sur le papier ces 7 lettres qui ont un goût d’olive. Au-dessous, écrit en orange cette fois, un cœur (avec un ventricule droit rachitique) presque accolé à un poisson mangeant un morceau de gâteau. Oui, quand on a 4 ans, les poissons, ça mange du gâteau… J’ai su que c’était un morceau de gâteau grâce à la légende fournie par ma sœur, sans laquelle j’aurais plutôt cru à une 3e nageoire plantée entre les deux yeux. Mais aussi un flocon, un peu plus bas. Sans doute une allusion de sa part à la neige qui était tombée fin avril en Lorraine, au grand dam des Quiches (l’autre gentilé des Lorrains), ou à celle que je me farcis depuis que je vis dans cette province où elle fait un peu partie des meubles, au grand dam des Poutinois (l’autre gentilé des Québécois).

20160501_194357

Puis est venu le tour de mon beauf, qui ne risquait pas une tendinite du poignet en me souhaitant un Happy Birthay frugal : vingt mots, signature incluse, trois lignes. Ah, et aussi la plupart desdits mots sans accents ou de points sur les i ou j… Comme un air d’écriture automatique, mais à la main (il est fort !). Et aussi « BOF » au lieu de beauf, qu’il a mis entre guillemets… Ce que l’on peut aussi traduire par « pas top le beau-frère ». Nous éclaircirons tout ça lors de ma venue à Noël… (tu as le choix des armes, Christophe; je prends le bazooka, pour une question de confort).

20160501_194440

Je termine avec ma sœur, dont l’écriture me rappelle parfois les ordonnances de médecins, à ceci près qu’on parvient à déchiffrer le contenu, sans avoir recours à des égyptologues, alors que les toubibs ont donné toutes ses lettres de noblesse à l’expression « écrire comme un porc ». Ma sœur, qui débute sa carte – 6 lignes en écrivant très gros, elle doit croire que j’ai 80 balais – par un proverbe chinois ! Le voici : « Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie. » À méditer. Elle achève sa missive avec le cœur de rigueur, qui devait être le seul que ma nièce n’avait pas utilisé pour son dithyrambe.

20160501_194416

Voilà, il ne me reste plus qu’à trouver une place à ces cartes personnalisées, ma nièce m’ayant demandé de mettre la sienne au-dessus de mon lit, au risque de devoir expliquer à ma prochaine petite amie (en 2040 si tout va bien) qui est l’auteure de ces lignes suintant l’amour sincère.

Quant à moi, je citerai le grand Baloo, du Livre de la jungle (ça vous épate, hein ?) : « Il en faut peu pour être heureux » C’est ce que ces petites attentions m’ont inspiré alors que le grand ciel bleu dehors m’en susurrait l’évidence…

Grand merci à vous, ma famille !

20405216-dessin-de-coeur-Banque-d'images

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s