Mon moi(s) en France

J’ai honte. J’ai honte car mon dernier texte remonte au 6 décembre dernier. Oui, vous avez bien lu : le 6 décembre. Plus d’un mois donc que je n’ai pas pianoté les touches de mon ordinateur, autant dire une éternité !  Pardon, pardon, pardon (n’en fais pas trop Olive). 

Je viens de rentrer d’un mois de vacances en France. Un séjour qui est passé comme un éclair (qui a dit au chocolat ?), comme toujours. D’une année à l’autre rien ne change : je suis censé me reposer durant le temps des Fêtes et je reviens lessivé, essoré. Je suis le ministre du temps qui passe trop vite, avec pour mandat de voir un maximum d’amis. Une sinécure aux allures de sacerdoce. Voici quelques morceaux choisis. Encore merci à ceux que j’ai pu voir et dont j’ai apprécié la compagnie, de la plus courte à la plus généreuse. Et pardon pour les autres… Je crois que pour réussir à voir tout le monde il me faudrait un mois de plus ! 🙂

20170114_181341JACUZZI AVEC MON NEVEU.- D’habitude, dans un jacuzzi, on se relaxe, la nuque alanguie sur un oreiller de bulles. Pas avec Louis, pas avec un môme de 5 ans qui te retourne la belle carte postale en moins de deux. Pour un enfant de cet âge, un jacuzzi, c’est une piscine où tout devient prétexte à s’amuser. C’est aussi l’âge où la nudité est un credo. J’ai donc eu droit à la paire de fesses et à l’asticot, avec ce commentaire qui m’a beaucoup fait sourire : « Ben ils sont où mes œufs ? » Ben oui mon Louis, parfois les œufs retournent dans le poulailler. 

MARCHE AVEC MA MÈRE. – La mienne avale des dizaines de kilomètres par semaine, et à un rythme plutôt soutenu, comme j’ai pu le constater au cours d’une petite sortie matinale de deux heures. Excepté les côtes où elle ahane un peu, la mécanique fonctionne. Et elle cause ! Beaucoup. C’est comme avoir la radio sauf que t’es pas dans une voiture. En revanche on ne peut pas l’éteindre. Le bémol : la mémoire lui joue parfois des tours, ce qui peut avoir un effet sur la distance parcourue. 

20161218_111601

En passant par Argancy, le village de mon enfance…

METZ. – Ma ville. J’ai lu sur la couverture d’un magazine que les Messins étaient fiers de leur cité. Ils peuvent. Elle s’est embellie avec les années, et à chacune de mes visites je la parcours avec un bonheur nouveau. La pauvreté du Québec en matière de vieilles pierres m’a en quelque sorte fait redécouvrir l’ancienne Divodurum, dont la cathédrale reste un passage obligé, tout comme le restaurant Le Bouche à oreille, avec son décor de grand-mère, où je mets toujours un point d’honneur à aller dévorer leur salade vosgienne (un agrégat de salade verte, de patates, de crème, de lardons, d’œufs et de croutons…).

20161224_154022

La cathédrale de Metz, gothique et envoûtante !

16002847_10154417051177832_9181808544721648278_n

La place Saint-Louis à Metz, datant de l’époque médiévale, et sa succession d’arcades.

VIRÉE DANS LES VOSGES. – C’est devenu une tradition : l’après-Noël est prétexte à une virée de quelques jours en famille, généralement dans ce massif envoûtant. Cette année, c’était Bussang, sous un ciel sans nuages de bout en bout; de quoi remonter le moral alors que la Moselle m’avait servi une grosse plâtrée de gris depuis mon arrivée, d’où cette étrange propension à compter les lames de rasoir pour tenter de trouver le sommeil. Si vous allez à Bussang, arrêtez vous à la crémerie et au café du peuple, un commerce hors du temps aussi étriqué qu’authentique ! Dans ce genre d’endroit, le bonheur se contente d’un petit café siroté debout devant le zinc. C’est aussi à Bussang que je suis allé courir un matin par – 7 en short. Au terme de ma petite sortie d’une heure, mes jambes étaient encore frigorifiées !

20161227_122322

Le café du peuple à Bussang, un commerce de proximité comme on en voit hélas de moins en moins.

20161227_160658

La crèmerie : pour les amateurs de fromage… entre autres !

LES 50 ANS DU BEAUF. – Ma sœur a mis les petits plats dans les grands pour lui concocter cette surprise qui a fait couler quelques larmes et m’a permis de me bourrer la panse de merguez (j’adore les merguez !) Le couscous a fait consensus, il y en avait pour un régiment, et les desserts – notamment le gâteau au chocolat, une tuerie ! – ont été pris d’assaut. Le retour à la maison fut crispant à cause des routes verglacées. J’avais jamais roulé à 40 km/h sur une voie rapide avant cette nuit-là !

20170111_235632LA PARENTHÈSE ITALO-LUXEMBOURGEOISE. – Ce fut ma seule incursion à l’étranger. Je suis allé passer une soirée (et une nuit) à Esch-sur-Alzette pour voir ma grande amie Régine, que j’avais manquée l’an passé, à mon grand regret. Qui dit Régine dit Gino, son Italien de mari, lequel a aussi pour particularité de bien cuisiner. Et encore une fois, on a voyagé dans le pays de ses parents, de l’apéro (Aperol Spritz) au dessert. Je lui dois d’avoir mangé mes meilleures lasagnes à ce jour et un tiramisu que j’aurais pu déguster sur le cul d’un chameau, voire de Donald Trump, c’est dire ! Au lever, j’ai fait connaissance avec la mama, Zena, qui gardait un de leurs enfants. J’avais l’Italie dans les tympans en sirotant un petit noir. Ça aussi c’est le bonheur !

LES SOLDES EN FAMILLE. – Autre tradition. Il y a deux ans, j’ai lancé l’idée d’une journée avec la mère et la sœur. L’effet a été si concluant qu’on a remis ça cette année. C’est pour elles l’occasion d’aller faire les soldes et je m’accommode de ces séances interminables d’essayage en tout genre pour passer un peu de temps avec ces deux femmes irremplaçables. On dit souvent que les hommes qui savent cuisiner sont bons à marier mais laissez moi vous dire que celui qui encaisse une matinée (et même plus) de soldes sans broncher mérite au mieux une médaille au pire quelques applaudissements (tapez fort dans vos mains j’habite loin !)

15977990_10154418688807832_8161689152676978520_n

Fille, mère et fils. Si j’ai l’air d’un géant c’est parce que ma mère mesure 1,50 m.

LA BANDE DES 4. – Encore une tradition. Décidément. Celle-là prend racine dans une histoire de longue date. Mes années village, les 400 coups, le foot, les bals…. (oui ça existait encore !) De cette période dont il m’arrive d’être nostalgique, j’ai conservé 4 belles amitiés. Un quatuor robuste. A chacune de mes visites, on se réserve donc une soirée entre potes, sans les femmes et les enfants. Juste nous, comme au beau vieux temps, où pas mal de souvenirs et autres anecdotes refont surface… Je vous parle de Régi, l’ami de 35 ans, Cyril, qui fut un gardien redoutable pour les pelouses savamment entretenues devant les buts (disons qu’il faisait pas dans la dentelle) et Mika, notre poil de carotte à nous, qui fut à la fois arbitre (enculé !) et joueur…

20170112_201447

La bande des 4 recomposée.

SON OF BITCHE. – J’ai vécu 35 ans en France sans jamais visiter Bitche, une petite bourgade de l’est de la Moselle, qui doit surtout sa réputation à la citadelle qui la surplombe. Un ouvrage aux dimensions impressionnantes construit par Vauban, que j’ai pu arpenter avec un couple d’amis, sous des températures un peu frisquettes au sommet, dans une région surnommée la petite Sibérie. C’est pas faux…

20161219_154851

Au loin la citadelle de Bitche, coiffée d’une chapelle.

INSECTES AU DESSERT. – Il fallait bien que ça arrive. J’ai testé les insectes grâce à un ami plutôt familier de cette alimentation du futur, lui qui a entre autres goûté à la tarentule et au scorpion, en version séchée bien sûr… Quand je l’ai vu arriver avec son carton et son petit sourire en coin au moment du café, j’ai senti le mauvais coup venir ! Mais au final, l’expérience s’est révélée intéressante. Les vers de farine et les criquets, croustillants à souhait, avaient un goût de noisette. En revanche, j’ai servi ma meilleure grimace en osant les fourmis (je ne me souviens plus de l’espèce), dont l’acide formique avait un goût salé très prononcé. Trop à mon goût. D’où le verre d’eau pour évacuer cette sensation désagréable. 

15871426_10154391361257832_1033462510174473470_n

La place Jeanne d’Arc, un de mes endroits favoris à Metz, avec ses petits airs méridionaux.

20161229_103929

Le Ballon d’Alsace fait le bonheur des amateurs de rando. Avec ce genre de paysages, on peut le comprendre !

15871853_10154387576762832_7461342266382053067_n

Mélange des genres pour une cohabitation réussie !

20161221_120030

La cathédrale de Metz vue de l’intérieur.

Publicités

1 reply »

  1. Salut Olivier.
    Bravo pour ce beau texte et ces belles photos qui donnent encore plus le goût de visiter Metz..J’ai hâte de te revoir .Bonne année 2017 .
    Louis André

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s