Speakeasy Electro Swing: six bougies et un hommage au Lion d’Or

13237622_1327047523990462_8444285809903087564_n

Les 4 Mousquetaires, de gauche à droite : le clarinettiste JS Leblanc et les DJs Eliazar, Don Mescal et Khalil.

Et de six. Six ans déjà que le Speakeasy Electro Swing effectue des allers-retours entre le 21e siècle et son prédécesseur, compteur bloqué sur la période des Années Folles et son parfum sulfureux de Prohibition. Six ans que la musique, le burlesque, la danse et le cirque se donnent rendez-vous sur la piste et combinent leurs numéros dans une ambiance costumée qui participe à ce retour dans le temps. L’anniversaire sera célébré le 21 avril au Cabaret du Lion d’Or, antre fétiche de ces soirées autrefois mensuelles mises au régime depuis 2016. Les amateurs viennent désormais prendre leur dose de swing bigarré et de folie à Halloween et Nouvel An, ou encore dans le cadre de Montréal en lumière, qui réchauffe chaque année l’hiver dans la métropole…

Le Speakeasy, comme on l’appelle aussi, c’est l’histoire de trois DJs devenus amis, trois DJs qui n’auraient peut-être pas parié un kopeck sur ce 6e party d’anniversaire. « On savait qu’on tenait un bon concept mais de là à durer aussi longtemps… Une chose est sûre, on en aura fait danser du monde en 6 ans ! », m’a confié Don Mescal, un des cofondateurs de cet événement très suivi. S’il fallait rendre à César ce qui appartient à César, on dirait que le Speakeasy est l’œuvre, ou en tout cas le bébé de DJ Eliazar. Celui qu’il est coutume de présenter comme le parrain du collectif a fini par quitter la métropole québécoise pour aller poser ses platines sur une île de la Colombie-Britannique. Mais son ombre continue de planer, et il lui arrive d’apparaître au cours d’un de ces rendez-vous délicieusement surannés… Le natif de Chicago sera en tout cas de la fête le 21 avril, flanqué de Don Mescal mais aussi de DJ Khalil, autre pilier du trio. Sans oublier JS Leblanc, le clarinettiste de service. 

DES COURS DE SWING POUR S’ÉCHAUFFER

10177331_1222146894480526_6569531871419522560_n

Le Lion d’Or est vite devenu l’antre des habitués du Speakeasy Electro Swing.

À quoi faut-il s’attendre à ce genre de soirée ? À un mélange des genres ! Côté musique tout d’abord, qui fait dans le « vintage remixé », pour reprendre l’expression de notre Français barbu dont le cœur balance notamment entre le hip-hop et le funk. Si l’électro-swing sert de socle à ces raouts très dansants, la diversité reste l’apanage des sets. Blues, soul, reggae, rock steady sont quelques exemples de courants qui sont brassés et revisités par le triumvirat.

Si vous savez lire, vous avez sans doute remarqué que dans électro-swing, il y a swing… Et du swing, on en sert une belle plâtrée dans le décor chargé d’histoire du Lion d’Or ! Question de faire monter la température et mettre en jambe le public, les organisateurs ont fait appel à des spécialistes, plus précisément l’école Studio 88 Swing, qui se charge d’initier ceux et celles qui le souhaitent à ce style de danse friand de tandems. Si vous êtes venu seul, sachez qu’un partenaire est vite arrivé. C’est l’autre mission de ces séances d’une petite heure très accessibles : stimuler la cohésion ! Les maîtres à mixer profitent du moment pour faire chauffer leurs tables tournantes en enchaînant des morceaux plus relax que la suite du banquet. S’il faut venir déguisé ? Pas une obligation, mais pour se fondre pleinement dans le truc, disons que c’est un plus. « Par le passé, on mettait en place des concours, mais on a mis un peu ça de côté… Ça n’empêche pas les gens de continuer à jouer le jeu, surtout les filles », précise Don Mescal à ce sujet. Pour les gars, le défi s’apparente à un jeu d’enfant : une paire de bretelles, un nœud pap’, et le tour est joué ! 

1935337_1222152077813341_5804930129843455900_n

Le burlesque et ses incontournables séances d’effeuillage font aussi partie du décorum !

SOUS LE SIGNE DE L’ÉMOTION

C’est tout ? Non. Le tableau serait incomplet sans les numéros de burlesque. Une autre tradition du Speakeasy. Une autre collaboration aussi, comme l’explique Don Mescal. « On travaille en partenariat avec l’école Arabesque Burlesque, fondée par Joséphine Klaveness, une des figures du burlesque à Montréal. À chacune de nos soirées, une de ses étudiantes vient performer mais aussi une professionnelle. » Le cirque, par l’intermédiaire de la troupe Cirquantique, est aussi un habité de ces rendez-vous. 

Inutile de préciser que tous ces ingrédients seront à nouveau en place le 21 avril, à un détail près… Car cette soirée spéciale sera aussi placée sous le signe de l’émotion, en souvenir de Renaud Kasma (photo ci-dessous), photographe attitré du Speakeasy parti trop tôt à cause d’une maladie. Élaine Gilbert, une de ses proches, peindra en direct un Charlie Chaplin, que le défunt adorait, tandis que son compagnon Stéphane Joseph Bergeron se chargera de faire un portrait de leur ami disparu. Pour Don Mescal, cet hommage s’imposait. « Renaud était en quelque sorte l’âme visuelle du Speakeasy et on lui doit une partie de notre succès. »

421085_538468992830311_988656700_n

Page Facebook de la soirée 6e anniversaire.

(À noter qu’une autre soirée aura lieu au Divan Orange le 26 mai dans une version allégée.)

Crédits photos : Renaud Kasma.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

En bonus :  quelques-uns des récents coups de cœur de Don Mescal… Bonne écoute !

The Vaude Villainz – Evil

Extra Medium – Beatnik Boogie

Smokey Joe & The Kid – Drinkin Game

Boogie Belgique – Need somebody

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s