Préparez vos munitions, la chasse aux conseils amoureux est ouverte !

On va parler chasse. Rassurez-vous, on ne va trucider aucun animal, ni pérorer sur les vertus (discutables) d’une bonne cuite pour fêter les trophées, partant du principe que tous les chasseurs sont des alcooliques en puissance. Mais laissons là ce cliché sentant le souffre pour nous focaliser sur un autre sujet : l’amour ! Oui, je sais, on n’est pas sorti de l’auberge. Dans ce domaine, nous aimerions tous devenir des Merlin l’Enchanteur pour dénouer avec une bonne potion magique ce très vieux dossier. Car quand notre cœur fait « boum », avec sa nuée de papillons tournoyant autour du ventre, il lui arrive aussi de faire « crac », avec pour conséquence un gros dégât des eaux au bord des yeux et une fuite pas toujours évidente à colmater. L’auteur de ces lignes, adoubé par la congrégation des cœurs d’artichaut, parle en connaissance de cause, motrice portant les stigmates de fissures passées. Sans parler des sorties de piste de l’amour, au mépris de la morale drapée de conformisme et sous couvert de cet adage brandi comme un excuse :  le cœur a ses raisons que la raison n’a pas. Bref, c’est compliqué les affaires sentimentales, complexe, tortueux, même si paradoxalement ce sont les aspérités qui rendent la chose aussi palpitante, quand le ronron de la routine recouvre la valse des ventricules de sa mauvaise herbe… 

Banniere_Lasaisonsdelachasse

Fermons cette parenthèse prompte à casser l’ambiance pour revenir (il serait temps Olivier !) au thème du jour. Ce thème, c’est La saison de la chasse, un blog lancé en 2013 par Aurélie Gendron-Martin, petit bout de femme pétillant que j’ai eu l’occasion de rencontrer pour parler un peu de cette plateforme fréquentée aussi par des Français, je veux dire ceux qui n’ont pas (encore) envahi Montréal et veulent attacher des réponses à leurs interrogations. Car le dada de La saison de la chasse, ce sont les conseils et les pistes de réflexions pour ceux et celles qui seraient un peu dans le brouillard, qu’ils soient célibataires ou en couple. 

Depuis sa création, ce magazine très suivi par les femmes – dans la vingtaine et la trentaine principalement – a reçu le renfort de collaborateurs, appelés chasseurs, qui partagent leurs vécus, expériences et autres découvertes. C’est cette équipe de choc qui est censée fournir les munitions à ceux qui en sont dépourvus ou ont épuisé leur quota de solutions. De son côté, la fondatrice veille au grain pour le courrier du cœur, sa chasse gardée, en respectant l’anonymat de ses interlocuteurs (-trices), et en procédant à un travail de sélection (pour éviter une certaine redondance dans le traitement des sujets notamment) mais aussi de réécriture, souvent pour des questions de longueur. « C’est plus un travail de mise en forme car les gens ont tendance à écrire un roman ! », souligne celle qui a longtemps joué le rôle de « love coach » pour ses amis avant de se lancer dans cette aventure pour combler un vide au Québec. Chasseuse aguerrie, Aurélie Gendron-Martin précise toutefois que son rôle se limite à aiguiller les brebis égarées, en aucun cas à se substituer à une professionnelle, genre psy. « Disons que je suis un peu la grande sœur qui accompagne… » Histoire de rendre plus vivants les échanges, le site a aussi lancé sa propre chaîne sur YouTube, sans se départir de sa mission d’origine : « Permettre aux gens d’accéder à une vie amoureuse épanouie. »

Vaste programme que voilà..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s