Belfast, la nouvelle ère

Si on ne tombe pas en pâmoison devant sa beauté, la patrie de Van Morrison et George Best gagne à être connue. Après des années de conflits interconfessionnels, la capitale nord-irlandaise a redoré son image. Symbole de cette renaissance : l’arrimage du musée dédié au Titanic, pur produit de la main d’œuvre locale, qui a redonné des couleurs à cette ville autrefois déprimée.

C’est l’histoire d’un bateau réputé insubmersible qui a fini par couler, et d’une ville au bord du naufrage qui a fini par se relever. Les destins de Belfast et du Titanic sont intimement liés, comme le souligne le musée qui dévoile l’histoire et la tragédie du célèbre navire disparu aux larges des côtes canadiennes en avril 1912. Un siècle plus tard, un édifice aussi imposant (6 étages) que ce paquebot de luxe était inauguré dans la capitale de l’Irlande du Nord, à l’endroit même où il fut conçu (photo ci-dessous). Il faut sans doute voir dans cette implantation le symbole du renouveau d’une cité balafrée par un conflit intercommunautaire qui prend les murs à témoin (lire autre texte). La page semble avoir été tournée, Belfast est devenue une escale européenne enviable, avec ses tables gourmandes, ses pubs d’hier et d’aujourd’hui, où communient les habitués dans une joie de vivre éthylique, ses lieux de créations artistiques vivants et ultramodernes…

1280px-Titanic_Belfast_side_view

Capitale à taille humaine, celle qui a vu naître la légende du football George Best – autre fierté locale qui a fini par se saborder dans les vapeurs de l’alcool – se parcourt aisément à pied… ou sur un vélo, grâce à de nombreuses pistes cyclables qui participent à sa résurrection. Les amateurs de beaux monuments s’arrêteront au City Hall, une construction imposante du 19e siècle où siège l’hôtel de ville et qui sépare les quartiers commerciaux et le centre des affaires. Par beau temps, l’endroit est très apprécié en raison de ses jardins ombragés. Le superbe et extravagant Grand Opera House mérite aussi le détour, avec son aspect oriental, de même que la Linen Hall Library, la plus ancienne bibliothèque publique de la ville, du haut de ses 229 ans. Les églises Saint-Malachy, avec son plafond en stuc moulé, et Sinclair Seamen’s, présente sur les docks, dotée d’une déco intérieure dédiée aux marins et au monde de la mer, sont d’autres curiosités. Si vous aimez les jolis panoramas, il vous faudra gravir Cave Hill, une colline en basalte abritant un château de style victorien datant de 1872, mais aussi quelques grottes. Il faut ajouter à cette liste patrimoniale le musée Ulster, condensé d’histoire et de Préhistoire irlandaise, où cohabitent le moderne et l’archéologique, ou encore les murs de la paix (Peace Walls), qui assuraient la séparation entre les secteurs catholiques et protestants durant la période des Troubles. Mieux vaut prendre en photo ces murailles promises à une destruction future.

McArts_Fort_and_Cave_Hill_Country_park,_Belfast_-_geograph.org.uk_-_957637

Votre estomac crie famine ? Allez faire un saut au St. George’s Market (marché couvert), royaume des produits du terroir, où vous pourrez goûter à des spécialités locales comme le black pudding (équivalent du boudin noir français) et le Belly Buster, sorte de petit-déjeuner irlandais compressé dans un sandwich composé de bacon grillé, de champignons, d’œufs et de tomates fraîches. Les pubs sont d’autres endroits où vous pourrez tester la cuisine traditionnelle. Le Crown Liquor Saloon est l’un deux. Dans ce décor unique témoignant de l’époque victorienne, on vous servira par exemple des tourtes et du ham and cabbage (tranche de jambon grillée accompagnée de chou). Il va sans dire qu’une bonne bière aidera à faire descendre le tout. En Irlande du Nord aussi, là où il y a un pub, il y a souvent du plaisir. Sláinte !

3293117372_e831a9aec3_b

 

Belfast à travers ses fresques

Pour mieux comprendre l’histoire complexe de cette ville industrielle, rien de tel qu’une immersion dans ses fresques. Elles font partie du patrimoine de cette ville marquée au fer rouge par ce que l’on a appelé pudiquement Les Troubles, un conflit larvé de plus de trois décennies qui s’est soldé par la mort de plus de 3 000 civils et 900 militaires sur fond de tensions entre protestants (fidèles à la reine d’Angleterre) et catholiques (nationalistes). La capitale nord-irlandaise abrite la plus forte concentration de ces murales dans un pays qui en compterait plus de 2 000.

6191445426_4880061922_b

Très politiques et militaristes durant les violences intercommunautaires, elles sont devenues moins revendicatives après les accords du Vendredi Saint en 1998, qui ont mis fin aux affrontements. Certaines d’entre elles prônent la paix ou rendent hommage à des héros et martyrs des deux camps, tandis que d’autres célèbrent de grandes figures locales, comme le footballeur George Best, ou affichent leur soutien à des causes extérieures comme la Palestine…

L’ouest de Belfast reste le secteur le plus connu et le plus visité par les touristes, notamment Shankill, un quartier à majorité protestante, et Falls Road (partie catholique), succession de tableaux commémorant les grands épisodes des Troubles, mais évoquant aussi d’autres sujets du 20e siècle.

On peut visiter à pied ou en bus tous ces témoignages visuels. La manière la plus intéressante de les découvrir reste toutefois la visite commentée dans les fameux Black Taxis, souvent conduits par d’anciens prisonniers politiques qui ont vécu au cœur des événements.

983429652_46194d1d6d_b

[Article rédigé pour le mensuel L’Estrade, avril 2017]

Publicités

Catégories :Divers et varié

1 reply »

  1. Toujours un plaisir de vous lire. Voilà pourquoi je vous ai sélectionné pour le Sunshine Blogger Award. Voir le billet sur mon blog. Je tiens à préciser qu’il n’y a aucune obligation de votre part de donner suite à cette nomination.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s