Anticosti, jour 6

J’ai eu la chance de séjourner une semaine sur l’île d’Anticosti, petite pépite perdue au milieu du golfe du Saint-Laurent. Je vous en livre quelques bribes. Mon expérience au jour le jour…

Samedi 5 août.

Aujourd’hui, j’ai décidé de retourner à Chicotte-sur-Mer et sa célèbre rivière couleur menthe à l’eau. Chicotte, ça se déguste au ralenti et à 360 degrés. Cette rivière, elle est canon comme on dit en France pour désigner une belle femme. Un canon qui devient un pétard dans la version québécoise. Mon retour sur les lieux du charme tenait de l’évidence. La veille, je n’avais pas pu résister à ses avances. J’avais fini en slip dans son eau limpide et douce. J’étais bien.

20170805_125351-2

Même sous un ciel gris, la rivière Chicotte reste belle, et ses bassins sont toujours aussi tentants !

Donc Chicotte, à une bonne heure et demie de l’auberge McDonald. Avant de partir, je passe à la pompe à essence. Il me reste un quart de carburant dans le réservoir mais je ne veux pas prendre de risque, d’autant que mon fidèle compagnon à 4 roues tient plus du tank que de la Smart niveau consommation. Disons que si on lui filait un biberon, il arracherait la tétine. Get the idea ? Je repense à ce que disait un des résidents de l’auberge, Bernard, venu sur l’île avec sa fille, une mordue de lecture très curieuse; ces deux-là avaient l’air très complices et c’était beau à voir. Il avait surnommé son véhicule « Dyonisos » en raison de son penchant pour la boisson. Ce qui n’empêche pas ces robustes montures de tenir la route. En tout cas, je n’en ai vu aucunes tituber !

La matinée s’annonçait sous les meilleurs auspices. J’entendais la musique du Grand Bleu (signée Éric Serra) dans ma tête. Sur la route, mon sourire béat a remballé ses dents. Devant moi, au loin, l’arrivée dans ce beau décor de nuages gris, genre obèses, genre « pousse-toi de là que je m’y mette ».  C’est quoi ce bordel ? La météo avait dit « ensoleillé ». Très vite, le ciel se couvre. Je suis à deux doigts d’actionner mes essuie-glaces, tentant de me persuader qu’il s’agit d’une hallucination liée à un pare-brise trop sale. Hélas non. Je dois me rendre à l’évidence.

Avant de rejoindre Chicotte-la-Mer, j’ai prévu une escapade dans le canyon de Chicotte, situé à une trentaine de kilomètres en amont. L’eau a quasiment déserté les lieux, je chemine dans ce qui fut une rivière en des temps plus humides, apercevant à un moment donné un cerf qui s’apprête à regagner la forêt. Avant de disparaître, il se fige, plante son regard dans le mien, enfin dans mes jumelles. J’ai préféré rester à bonne distance pour ne pas l’effrayer. Par endroits, les falaises ressemblent à des galeries d’art, offrant au regard une succession de monolithes gravés dans la roche. Faute de soleil, le cadre a un peu perdu de sa magie, mais cette randonnée de deux heures suffit à mon bonheur. 

20170805_122756_Pano-2

La brume a aussi son charme ! La fraîcheur qui l’accompagne beaucoup moins quand vous aviez prévu de manger un morceau au bord de l’eau !

Cette marche accomplie à bonne allure m’a creusé l’appétit. Sur les conseils la veille du guide de la Sépaq (Société des établissements de plein air du Québec), j’emprunte un petit sentier de 200 m qui débouche sur une table faisant face à la mer. Dans ce secteur, la brume impose son atmosphère cotonneuse, ce qui n’est pas pour déplaire au photographe qui sommeille en moi. Ce genre d’ambiance donne toujours lieu à de belles images, mâtinées de cette charge mystérieuse et opaque qui flotte dans les airs. J’en profite pour immortaliser ce qui ressemble à une toile de maître. Les vagues sonnent la charge coiffées de leur écume, l’air est plus frais au bord de cette eau effrontée. Le pique-nique sera de courte durée.  

Le temps se montre plus clément le long de la rivière Chicotte, on distingue même les contours du soleil à travers la brume qui se délite peu à peu. Le beau temps fera même une apparition de 15 minutes avant de rebrousser chemin. On y avait pourtant cru à ce retour triomphant du roi soleil. Je dis « on » car entre-temps Pierre et Manon m’ont rejoint. J’ai fait la connaissance de ce couple sympathique du Saguenay-Lac-Saint-Jean à l’auberge, et très vite nous avons partagé les apéros et les repas du soir dans une ambiance toujours conviviale. Quand ils sont arrivés sur place, je quittais le sarcophage de ma sieste enclume au bord de la rivière, tympans connectés aux ondes hypnotiques de sa petite ritournelle. J’ai pris un bouquin avec moi, mais la perspective de rêvasser dans ce petit Éden a vite pris le dessus. La biographie sur Belmondo attendra.

Bien sûr, il a fallu repartir, avec cette fois la certitude qu’on ne se reverrait pas de sitôt. Snif. J’ai roulé moins vite sur le chemin du retour (comme ma mère disons) – avec de temps à autre quelques chevreuils sur le bord de la route pour me tenir compagnie – comme si Chicotte me retenait par les roues. Au fil des kilomètres, le soleil est réapparu. Arrivé à l’auberge, il resplendissait, sans le moindre nuage pour le provoquer. J’ai alors appris par une employée qu’il s’était prélassé ainsi toute la journée, le salaud ! Cela étant dit, je n’aurais pour rien au monde échangé ses rayons contre ma belle rivière. 

Plus tard, Robin (le responsable de la Sépaq qui m’a accueilli à mon arrivée, lire ma première chronique) s’est joint à notre table. Pierre et Manon l’ont bombardé de questions. Ce soir-là, comme tous les autres d’ailleurs, le menu a comblé nos papilles de gourmands invétérés. Pour ma part : un potage de poireaux, un suprême de poulet au chèvre et au bacon, et un gâteau nappé d’un coulis à la framboise et recouvert de chantilly. Histoire de terminer la journée comme elle avait commencé, le sourire aux lèvres.

• À suivre.

Pour en savoir plus : Sépaq Anticosti.

[Photos : Olivier Pierson].

20170805_172232 10.43.41

À mon retour à l’auberge McDonald, où a régné le beau temps toute la journée, quand moi j’étais allé me perdre dans la brume ! 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s