L’hymne à l’amour de la TDLG

t instabt

Un prétexte. Durant la dernière Traversée de la Gaspésie en bottines, à laquelle j’ai eu la chance de participer du 23 au 30 septembre, ce mot a été prononcé à plusieurs reprises par Claudine Roy, figure de proue de cet évènement bien huilé. « La marche est un prétexte pour vivre une aventure humaine », a-t-elle notamment déclaré lors de son discours de bienvenue à Bonaventure, point de départ de cette édition 2017 qui s’est achevée à Gaspé. On pourrait en dire autant de la version hivernale, qui combine raquettes et skis de fond… Là encore, le sport est une façade. 

Lors d’une TDLG, la bonne humeur a tendance à prendre beaucoup de place, et personne ne s’en plaindra dans un monde plutôt enclin au pessimisme et aux mauvaises nouvelles. Mais il arrive que l’émotion se fraie un chemin, escaladant l’humain avant de planter son pieu dans la source intarissable des larmes. J’ai été témoin d’une scène qui a mon sens résume bien ce « prétexte » agrippé aux lèvres de cette femme singulière à bien des égards, qui a parfois l’air de porter sa Gaspésie natale à bout de bras. Claudine Roy, c’est un peu la version féminine d’Hercules : aucun défi ne lui fait peur ! Une force de la nature que cette personne dotée d’une incroyable énergie. 

J’ai vu cet Hercules vaciller le mercredi 27 septembre. Ce jour-là, il a plu, une pluie assez soutenue pour inciter les organisateurs à alléger le programme pour des questions de sécurité, l’humidité et la montagne faisant rarement bon ménage. On aurait dit que la météo avait eu vent de ce qui allait se passer dans la soirée, qu’elle se mettait au diapason de l’émotion à venir. Le ciel chagrin avant le chagrin tout court. Ce fameux soir, la TDLG a fait parler son cœur et Claudine a ouvert le sien. Elle a ouvert le sien en pensant à un ami condamné par la maladie, Yves Tessier, dont j’ai récemment brossé le portrait pour le magazine Espaces. Cet ancien cardiologue doublé d’un aventurier, jamais chiche d’une bonne formule, fait partie des figures de ces Traversées qui d’une année à l’autre emportent des anonymes dans un drôle de tourbillon. Lors de notre rencontre, j’avais été saisi par sa sérénité face à l’inéluctable, comme j’avais été touché par sa disponibilité malgré des traitements lourds.

Un peu plus tôt dans la journée, Claudine m’avait prévenu que la charge émotive serait forte au moment de rendre hommage à ce vieux complice. Sans doute redoutait-elle en son for intérieur cet instant où le cœur se met à claudiquer… Quand est venu le temps de lire une lettre encaissée comme un adieu, dictée à sa sœur par celui que l’organisation avait surnommé le « mort-vivant »,  ce qui faisait sourire le principal intéressé, les larmes ont voulu quitter le navire. Claudine a tangué mais n’a pas chaviré, avec cette voix chevrotante des gens qui repoussent un naufrage imminent. À ce moment précis, face à une assistance de visages fermés, la seule chose qui comptait pour elle était cet ami à qui elle déroulait son amitié profonde comme un tapis rouge et dont il faudrait bientôt parler à l’imparfait. Les choses futiles de la vie de tous les jours avaient été évacuées. On revenait à la base, à ce capital humain que l’on fait fructifier avec des sentiments. La mort nous ramène sur le plancher de l’essentiel, c’est sans doute là sa principale qualité. L’occasion pour la présidente de marteler que la richesse n’était pas du côté des comptes en banque, mais dans le coffre-fort du palpitant, qui bat la mesure de nos relations amoureuses et forgent de solides amitiés.

Ce fameux soir du 27 septembre, un mot inventé par Yves Tessier a aussi résonné, ce fameux « tsunamour » qui lui a permis de tenir bon face au cancer qui le rongeait. Un traitement prodigué par ses proches à fortes doses de radiations humaines. Ce qui lui avait inspiré cette confidence qui ponctuait mon article : « « On parle souvent de l’aide médicale à mourir, mais je peux témoigner qu’il existe aussi l’aide amicale à vivre. » Une phrase offerte comme un cadeau que j’ai gravé dans ma mémoire. À méditer.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s