Là où y a d’la gêne, y a pas d’plaisir

16-impudiqueIl y a longtemps que le métro de Montréal ne m’avait pas réservé une petite surprise. Le genre drôle. Enfin moi, ça m’a fait sourire. Moins en revanche la dame qui a été témoin de la scène que je m’apprête à vous dévoiler (roulement de tambours et trompettes turgescentes).

Je venais de descendre à la station Place-des-Arts, sur la ligne verte, et m’apprêtait à monter les escaliers. À peine avais-je commencé à entamer mon ascension que je remarquais un homme, immobile, face au mur, comme s’il était en conciliabule avec lui. Ça m’a fait penser aux pratiquants juifs devant le mur des lamentations à Jérusalem, le léger balancement et le cachet historique en moins. Passons… Le fait qu’il fasse rebondir ses mots sur cette surface mutique m’a illico fait comprendre que le monsieur jurait dans la normalité ambiante. Louche quoi, avec une suspicion assez forte d’alcool dans la tuyauterie pour expliquer le babil dont il gratifiait son interlocuteur lisse et froid.

Assez rapidement mon regard a croisé celui de cette femme citée plus haut, je dirais dans la soixantaine et tirée à 4 épingles. Elle avait l’air figée, incapable d’accomplir un pas de plus vers cet escalier qu’elle s’apprêtait elle aussi à emprunter machinalement, mais en descendant pour sa part. J’ai compris son malaise en apercevant la flaque qui gisait au pied du bonhomme, une flaque qu’un petit jet venu d’en haut faisait grossir. Quand je dis « d’en haut », je fais référence à la braguette ouverte du loustic, lequel, sous les effets de cet abus d’alcool qui embrumait jusqu’à sa syntaxe, avait décidé de se soulager contre ce mur qui ne lui avait rien fait. Bref, il pissait, sans se soucier des passants et des passantes (clin d’œil à Brassens), dont je faisais partie, ainsi que cette malheureuse, arborant une veste rouge, contrainte d’assister à la petite cascade poétique d’urine, avec bistouquette à l’avenant. Inutile de préciser que dans l’état qui était le sien, le malotru ne s’est pas embarrassé d’une quelconque discrétion. Il est resté droit dans ses couilles et a tiré le rideau engrené devant son unique spectatrice (puisqu’il me tournait le dos).

La dame pipi a finalement rebroussé chemin, cherchant du regard dans les alentours un hypothétique policier qui aurait pu aller tancer cet impoli à grands coups de taser dans les burnes. Moi, ça m’a fait sourire. Pas propre et encore moins classe comme comportement, je vous l’accorde, mais dans ce monde si engoncé qui est le nôtre, où la rectitude a imposé sa religion aux chemins de traverse, ce genre d’écart incongru est à prendre pour ce qu’il est. Une bouffée d’oxygène, ou quelque chose dans le genre… 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s