4e étage versus 7e ciel

On ne s’écoute pas toujours parler, et quand on le fait, ça fait parfois sourire. Ça me rappelle un ancien collègue photographe, avec qui je me rendais sur un reportage ayant pour cadre le Musée Pompidou de Metz-Métropole, dont l’audacieuse architecture vaut à elle seule le déplacement, notamment son toit qui a l’air ramolli. Il m’avait alors lâché que ça faisait des milliers de fois qu’il s’y rendait pour le boulot. Le genre de formule toute faite dont on abuse pour accentuer un propos. Il aurait pu dire : « Je compte plus les fois où j’y suis allé », mais non : il avait sorti la grosse pelle.

En prenant sa phrase au pied de la lettre, je m’étais amusé à calculer le nombre d’allers-retours qu’il avait dû parcourir entre le journal et ce bastion de l’art contemporain, d’autant que ce dernier avait été inauguré quelques mois auparavant. Bref, du grand n’importe quoi ! 

J’ai repensé à cet épisode dans l’ascenseur entièrement vitré qui devait me conduire au 4e étage de la grande bibliothèque de Montréal, ou la bibliothèque nationale si vous voulez faire plus classe. À peine entré, les portes se sont refermées et j’ai pris la direction du sous-sol, puisqu’une personne qui se trouvait au niveau du métro avait été plus rapide que moi pour appuyer sur le bouton. Ça ne m’a pas dérangé vu que je n’étais pas pressé ni attendu pour une partie de jambes en l’air. 

Est alors entrée une femme, qui s’est aussitôt tournée vers moi alors que son index gracieux pointait vers la rangée des boutons. Oubliez le scénario glamour du genre battements de cils, début de conversation, charme ravageur suivi d’un rendez-vous plus tard, avec possibilité de rodéo vespéral…

Non, le nôtre était plus prosaïque :

  • « Vous montez ou vous descendez ? » [on repassera pour les Oscars]

Là, considérant que plus bas c’était juste pas possible, j’ai eu envie de répondre :

  • « OK, mais vu où l’on se trouve, il va me falloir, minimum, un marteau-piqueur. »

J’ai finalement opté pour le « je monte ». Sobre. Efficace. Moins pour emballer une fille, mais parfait pour atteindre le 4e étage. Le 7e ciel attendra.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s